Publicité
La bourse ferme dans 6 h 10 min
  • CAC 40

    8 098,78
    +6,67 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 041,32
    +16,15 (+0,32 %)
     
  • Dow Jones

    39 671,04
    -201,95 (-0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0012 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    2 363,90
    -29,00 (-1,21 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 351,50
    -215,58 (-0,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 500,93
    -1,73 (-0,12 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,76
    +0,19 (+0,24 %)
     
  • DAX

    18 707,00
    +26,80 (+0,14 %)
     
  • FTSE 100

    8 363,38
    -6,95 (-0,08 %)
     
  • Nasdaq

    16 801,54
    -31,08 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 307,01
    -14,40 (-0,27 %)
     
  • Nikkei 225

    39 103,22
    +486,12 (+1,26 %)
     
  • HANG SENG

    18 868,71
    -326,89 (-1,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,2709
    -0,0011 (-0,09 %)
     

Naissance d’un enfant : ce qui bloque déjà la réforme du congé parental

Naissance d’un enfant : ce qui bloque déjà la réforme du congé parental

Le congé de naissance, déjà tué dans l'œuf ? Ce mercredi 15 mai, la ministre déléguée à l’Enfance, à la Jeunesse et aux Familles, Sarah El Haïry, a réuni syndicats, élus, employeurs et associations familiales avec un objectif bien défini : discuter de l’intégration de ce nouveau congé suite à la naissance d’un enfant dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2025, discuté au Parlement cet automne. Le gouvernement a réaffirmé ce matin sa volonté de le mettre en place dès août 2025.

Mais avant de penser à son démarrage, il faut d’abord savoir à quoi va ressembler ce nouveau congé qui doit être plus court que le congé parental actuel (jusqu’à trois ans), mais mieux rémunéré. En dépit d’«attentes élevées» selon Martine Vignau, secrétaire nationale de l’Union nationale des syndicats autonomes (Unsa) en charge du secteur social, la réunion a laissé un goût d’inachevé. «Beaucoup de questions restent finalement en suspens», déplore-t-elle. La représentante syndicale évoque même une concertation «nébuleuse».

Parmi les sujets brûlants, trois questions, pourtant à l’ordre du jour, ont été éludées : les conditions d’éligibilité du dispositif pour les populations spécifiques telles que les agriculteurs, la possible articulation avec le congé parental actuel et la possibilité de prendre ce congé de naissance à temps partiel. Malgré tout, les acteurs ont pu échanger, et surtout soulever de nombreux points de divergence. Plusieurs cailloux pourraient ainsi venir se glisser (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La Russie aurait découvert de colossales réserves de pétrole en Antarctique, une nouvelle qui inquiète
On connaît l'identité de la nouvelle ambassadrice mondiale de Dior !
Le taux du LEP va chuter, aller chez le médecin coûte plus cher… L'actu éco en 120 secondes
Cette ville va pénaliser les parents qui déposent leurs enfants à l’école sans se garer
Atos : Econocom-Layani-Butler, Kretinsky, Lavine, Schindler... Qui sauvera le groupe ?