Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 826,89
    -533,14 (-0,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 403,69
    -14,19 (-1,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0075 (-0,59 %)
     

Naf-Naf vient s’ajouter aux marques de prêt-à-porter en danger de mort après Gap, Go Sport ou Camaïeu

Naf-Naf vient s’ajouter aux marques de prêt à porter en danger de mort après Gap, Go Sport ou Camaïeu
Naf-Naf vient s’ajouter aux marques de prêt à porter en danger de mort après Gap, Go Sport ou Camaïeu

INDUSTRIE - L’enseigne de prêt-à-porter féminin Naf Naf a demandé son placement en redressement judiciaire en début de semaine, a indiqué ce jeudi 31 août un porte-parole à l’AFP, confirmant une information du site spécialisé Fashion Network, pour faire face à « des arriérés de paiement de loyers » accumulés durant la période de Covid.

Naf Naf n’avait pas été éligible aux aides durant la crise sanitaire, a précisé le porte-parole. La marque française lancée en 1973 par deux frères emploie 660 salariés en France, détient 131 magasins et affiche un chiffre d’affaires 2022 de 141 millions d’euros, « en croissance », selon la même source.

Une audience devrait se tenir « en début de semaine prochaine » auprès du tribunal de commerce de Bobigny (Seine-Saint-Denis) et l’entreprise devrait « déposer un plan de continuation », selon une source proche du dossier.

PUBLICITÉ

La société avait commencé à se restructurer et supprimé 27 postes en juin 2023 dans le cadre d’un PSE, a indiqué le porte-parole à l’AFP. Elle avait déjà été placée en redressement judiciaire en mai 2020 et reprise dans la foulée par le groupe franco-turc SY, qui est toujours son actionnaire, et qui avait déjà acquis l’enseigne Sinéquanone en 2019.

Dure période pour le prêt-à-porter français

Le secteur du prêt-à-porter en France est secoué depuis plusieurs mois par une violente crise.

Camaïeu, Go-Sport, Kookaï, Burton of London, Gap France, André, San Marina, Kaporal, Don’t Call Me Jennyfer, Du Pareil au Même et Sergent Major... Ces marques bien connues des consommateurs français ont souffert d’un cocktail détonnant : pandémie, inflation, hausse des coûts de l’énergie, des matières premières, des loyers et des salaires et concurrence de la seconde main.

Il a été fatal pour certaines marques, qui ont été liquidées, comme Camaïeu en septembre 2022, dont le licenciement des 2.100 salariés a fortement marqué les esprits. D’autres sont en redressement judiciaire, comme Kookaï ou Burton of London.

Sans en arriver là, d’autres encore réduisent la voilure, taillant dans les effectifs et fermant des magasins, comme Princesse Tam Tam, Comptoir des Cotonniers (groupe Fast Retailing) ou Pimkie.

À voir également sur Le HuffPost :

Shein, le géant de la fast fashion, a organisé un défilé à Paris et ça n’a pas plu à tout le monde

Go Sport repris par Intersport France