Publicité
Marchés français ouverture 8 h 41 min
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    38 900,02
    +253,91 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,0862
    +0,0013 (+0,12 %)
     
  • HANG SENG

    18 827,35
    +218,41 (+1,17 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 066,31
    +931,02 (+1,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 498,88
    +14,69 (+0,99 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     

« Je n’ai jamais voulu être mère » : Ali Leonardi a renoncé à ses droits parentaux

Aujourd'hui, Ali Leonardi n'a plus aucun droit sur son enfant.  - Credit:Celine Nieszawer / ©Celine NIESZAWER/Leextra
Aujourd'hui, Ali Leonardi n'a plus aucun droit sur son enfant. - Credit:Celine Nieszawer / ©Celine NIESZAWER/Leextra

Elle a été mère quelques années, mais une décision irrévocable a mis fin à cette aventure. Si d'habitude ce choix est gardé secret, Ali Leonardi a décidé de médiatiser son histoire. Celle d'une femme qui n'a jamais voulu d'enfant et qui en a porté un. Celle d'une femme brisée par des maltraitances subies dans l'enfance qui a décidé de renoncer à ses droits parentaux sur sa fille de quatre ans.

En octobre 2018, Ali Leonardi apprend qu'elle attend un enfant. Une grossesse non désirée alors qu'elle souffre d'endométriose. Sous ménopause artificielle et pilule continue, la jeune femme décide finalement de garder cet enfant, convaincue par sa propre mère. Dès l'accouchement, elle a l'impression d'être « une mère porteuse » d'un autre enfant. Le lien ne se crée pas, le déclic de l'instinct maternel ne se fait pas. Pourtant, au quotidien, le tableau est idyllique : un bébé souriant, des tenues impeccables, des photos de vies rêvées publiées sur les réseaux sociaux. Tout cela n'est qu'illusion. « Je publiais ces photos pour me rassurer. Je recevais des messages me disant que je respirais le bonheur, qu'on voyait que j'allais bien. Tout cela me faisait du bien, je voulais y croire », assure Ali Leonardi, 24 ans.

À LIRE AUSSIPourquoi l'infertilité est désormais un « problème de santé publique majeur »

Un placement temporaire

Mais au fur et à mesure, le tableau parfait vole en éclat. Un soir, elle tape ces quelques mots sur Internet : « Peut-on ne jamais ressentir d'amou [...] Lire la suite