La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 604,29
    -103,20 (-0,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

N’espérez pas sauver la planète en supprimant vos e-mails

On entend souvent que vider sa boîte mail serait un geste important pour la planète, afin de réduire son empreinte carbone. Pourtant, envoyer moins de courriels est un geste inefficace pour le climat. Dans The Conversation, 3 experts déboulonnent ce mythe tenace.

L’empreinte carbone présumée gigantesque des courriels est un sujet traité fréquemment dans les médias, mais souvent de manière exagérée ou même erronée.

Selon eux (et même selon la ministre française de la Transition énergétique), réduire la quantité de courriels envoyés et les effacer serait des mesures importantes pour réduire notre empreinte carbone.

L’impact des services numériques (regarder des films et des séries en continu, écouter de la musique, envoyer des courriels, faire des rencontres en visioconférence, etc.) est bel et bien réel et en croissance depuis plusieurs années. Le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) représente 2,1-3,9 % des émissions mondiales annuelles de gaz à effet de serre (GES) d’origine anthropique. Cependant, l’empreinte carbone exagérée des courriels est trompeuse vis-à-vis d’autres leviers d’action qui permettraient de réduire substantiellement l’impact des utilisateurs associés aux TIC.

En tant que chercheurs travaillant sur la quantification des émissions de GES anthropiques, dont celles provenant de l’utilisation des TIC, nous pensons qu’il est important de déboulonner ce mythe, qui perdure depuis plusieurs années, afin que nous puissions nous concentrer sur la réduction des sources les plus importantes de GES dans le secteur des TIC.

[Lire la suite]