La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 080,66
    +253,96 (+0,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

Il n’y aura pas de crème de cassis "made in China", une "grande victoire" pour les fabricants

·1 min de lecture

"C’est une grande victoire !", s’exclame Claire Briottet sur Europe 1 ce lundi. La présidente du Syndicat des fabricants du cassis de Dijon se réjouit d’avoir obtenu gain de cause, après près de deux ans de procédure. C'est désormais officiel : cette boisson, qui fête son 180ème anniversaire cette année et qui s'écoule à 8,5 millions de bouteilles chaque année, ne pourra pas être fabriquée en Chine. En juillet 2019, l'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO) alerte l'organisation d'une demande d'enregistrement, en Chine, de la marque "Dijon", en français et en chinois, par une entreprise de vins et spiritueux chinoise, dont le nom n'a pas été divulgué.

Claire Briottet, également directrice de la Maison Briottet, estime avoir "évité le pire". "Cette crème de cassis "made in China" aurait certainement été un produit bien médiocre et, surtout, n’aurait pas été au niveau de la crème de cassis de Dijon", assure-t-elle. D’autant que cette boisson nécessite un savoir-faire bien particulier.

Des règles strictes à respecter

Pour parvenir à réaliser ce produit, il faut respecter un certain nombre de règles. Les fabricants dijonnais font notamment macérer des baies de cassis dans de l’alcool neutre et de l’eau, et assure une charge en fruits minimum de 200 grammes par litre. "Nous, on fait tout pour avoir un produit de qualité. Donc c’est impensable que des Chinois écrivent 'Dijon' sur les bouteilles alors que le produit n’a jamais vu la commune de Dijon !", s’agace Claire...


Lire la suite sur Europe1