Marchés français ouverture 1 h 3 min

"On n'est pas payé pour le grain qu'on n'expédie pas" : le fret, autre conséquence de la grève à la SNCF

Ariane Griessel
Le mouvement de grève à la SNCF de ce printemps touche aussi les transports de marchandises. Certains clients de la compagnie ferroviaire, comme la coopérative de céréales 110 Bourgogne (Yonne), sont confrontés à un problème de stockage.

La grève des cheminots se poursuit jusqu'à jeudi 19 avril pour ce quatrième épisode d'un mouvement en pointillés contre la réforme de la SNCF. La mobilisation a des conséquences sur les voyageurs, mais aussi sur le transport des marchandises, le fret. Dans l'Yonne, la coopérative de céréales 110 Bourgogne, basée à Migennes, risque d'être bientôt confrontée à un problème de stockage.

D'habitude les camions viennent livrer les céréales au silo principal de la coopérative, installée juste à côté de la voie ferrée qui relie Dijon à Paris. L'orge et l'avoine sont ensuite envoyées par train aux industriels de l'agroalimentaire en France, en Belgique et aux Pays-Bas. Mais avec la grève, le silo se remplit et la coopérative doit s'organiser au jour le jour. "Le train, s'il est là, on le charge. S'il n'est pas là, on ne peut rien faire", soupire, fataliste, François Gencey, le responsable du site de Migennes.


Un calendrier flou

Il suffit par exemple que la grève touche un poste d'aiguillage pour bloquer la circulation. Depuis le début du mouvement, six trains n'ont pas pu venir chercher les céréales au silo, ce qui fait plus de 7 000 tonnes d'orge et d'avoine non livrées. Scruter le calendrier des grèves permet de se faire une idée de la suite, mais l'avenir reste quand même assez (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi