La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,26 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +0,70 (+0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    47 397,31
    -1 400,05 (-2,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,29 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    -0,08 (-0,12 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,95 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,44 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,42 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,85 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Le n°1 mondial du vaccin exhorte Joe Biden à arrêter un embargo

·1 min de lecture

Le leader mondial des vaccins demande à Joe Biden de mettre fin à l'embargo sur ses matières premières. La méthode peu courante adoptée par Adar Poonawalla, patron du Serum Institute (SII), l'un des principaux fournisseurs des pays en voie de développement, souligne la gravité des difficultés que rencontrent ces pays pour s'approvisionner en vaccins anti-Covid. "Respecté Président, si nous voulons sincèrement nous unir dans le combat contre ce virus, au nom de l'industrie de la vaccination à l'extérieur des Etats-Unis, je vous demande humblement de supprimer l'embargo sur l'exportation de produits de base, afin que la production de vaccins puisse augmenter", a-t-il tweeté.

Il n'y a pas eu de réponse immédiate sur Twitter de Joe Biden. Premier fabricant mondial de vaccin, SII a eu du mal à faire face à la demande pour le sérum d'AstraZeneca, qu'il fabrique, après que l'Inde a donné un coup de frein dans les autorisations d'exportations pour faire face à une seconde vague de contaminations impitoyable. M. Poonawalla a signalé la semaine dernière que la production était "sous tention" et a demandé au gouvernement indien de lui apporter une assistance financière.

>> À lire aussi - Vaccins : que risque-t-on en allongeant le délai entre les doses ?

La production d'un autre vaccin, celui de la société américaine Novavax, fait face à des obstacles liés aux restrictions américaines, selon le patron de SII, qui a estimé dans à un journal indien la semaine dernière que l'embargo sur les composants (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

IBM : des salariés appelés à la “grève du télétravail” ont tenté une "invasion numérique"
CAC 40 : une inertie haussière inquiétante ? : le conseil Bourse du jour
Vaccin AstraZeneca : l’UE pourrait ne pas renouveler son contrat, selon Agnès Pannier-Runacher
“Il faudrait passer du big data au smart data, car beaucoup ne signifie pas forcément qualité”
Vinci décroche un gros contrat en Afrique