La bourse est fermée
  • CAC 40

    4 909,64
    +58,26 (+1,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 198,86
    +27,45 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    28 335,57
    -28,09 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1868
    +0,0042 (+0,36 %)
     
  • Gold future

    1 903,40
    -1,20 (-0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    10 944,97
    -277,06 (-2,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    260,05
    -1,40 (-0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    39,78
    -0,86 (-2,12 %)
     
  • DAX

    12 645,75
    +102,69 (+0,82 %)
     
  • FTSE 100

    5 860,28
    +74,63 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    11 548,28
    +42,28 (+0,37 %)
     
  • S&P 500

    3 465,39
    +11,90 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    23 516,59
    +42,32 (+0,18 %)
     
  • HANG SENG

    24 918,78
    +132,65 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3038
    -0,0042 (-0,32 %)
     

Néonicotinoïdes : on vous explique rapidement les arguments pour et contre le projet de loi

·2 min de lecture

Le gouvernement justifie de son côté cette mesure ciblée par la nécessité de sauvegarder une filière qui emploie 46 000 personnes en France, dont 25 000 agriculteurs. Arguments écologiques et économiques se trouvent ainsi renvoyés dos à dos. Le texte élaboré par l'exécutif répond au cri d'alarme des producteurs de betterave sucrière, en raison de la prolifération d'un puceron vert vecteur de maladie qui ravage les récoltes dans de nombreuses régions. En cause, un hiver 2019 et un printemps 2020 trop doux qui a facilité la propagation du virus.

Des baisses de rendement de 30% à 50% avancées par le gouvernement

Atteintes de "jaunisse", les betteraves voient leur système immunitaire affaibli. Et elles produisent moins de sucre. La réintroduction de semences de betteraves enrobées avec des néonicotinoïdes doit aider à protéger les rendements sucriers. Selon l'étude d'impact du projet de loi, les pertes de rendement pour 2020 pourraient aller de 30% à 50%, "voire 70% dans certains cas".

Le rétropédalage du gouvernement s'appuie sur l'article 53 du règlement européen du 21 octobre 2009 sur les produits phytopharmaceutiques, permettant de déroger à l'interdiction des néonicotinoïdes en l'absence d'alternative. Dix pays membres ont déjà dérogé à l'utilisation de produits néonicotinoïdes sur ce fondement en 2020, avance l'exécutif.

Des produits contribuant au déclin des abeilles

Mais les néonicotinoïdes, qui attaquent le système nerveux des insectes, désorientent les pollinisateurs et contribuent au déclin des colonies. "C'est inadmissible de vouloir réintroduire ces poisons", a déploré auprès de l'AFP Dominique Cena, secrétaire général de l'Union nationale de l'apiculture française (UNAF). "On sacrifie une fois de plus la filière apicole qui souffre depuis plus de 20 ans", a-t-il ajouté, évoquant "300 à 320 000 colonies (d'abeilles) au tapis chaque année".

Il s'exprimait lors de la journée de happening sur l'esplanade des Invalides, à Paris, des "577 abeilles", du nombre de députés

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les députés européens demandent à Jeff Bezos si Amazon espionne les politiciens
Donald Trump ne peut plus espérer un vaccin avant l'élection du fait de nouveaux critères des autorités sanitaires
Les 9 pays dans le monde encore épargnés par le Covid-19
Les 10 pays qui comptent le plus de déplacés climatiques sur le premier semestre 2020
Voici les moments à retenir du premier débat chaotique entre Joe Biden et Donald Trump