La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    45 611,84
    -5 782,65 (-11,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Les néobrokers proposent la Bourse sans frais ou presque

·2 min de lecture

Ces courtiers en ligne séduisent les néophytes en quête d'investissements boursiers à moindre coût. Leurs atouts? Simplicité d'usage et frais très réduits.

Si le courtier américain Robinhood n'est pas accessible en France, il y a fait des émules: plusieurs sites et applications proposent l'accès aux marchés financiers du monde entier pour quelques centimes, voire même... gratuitement! La fintech allemande Trade Republic a débarqué dans l'Hexagone en janvier, et le néerlandais Bux y est déjà présent depuis quelques mois. Principe? En quelques minutes, le client ouvre son compte et peut ensuite "trader" directement depuis son smartphone. La cible numéro un de ces nouveaux acteurs, ce sont les jeunes néophytes désireux d'acheter des grandes valeurs technologiques: Google, Facebook, Amazon ou Apple sans y mettre beaucoup d'argent. "Sur un millier d'actions et d'ETF, nous avons créé des plans d'investissement qui permettent de les acheter petit à petit, avec 5 ou 10 euros par mois, sans aucun frais", explique Christian Hecker, un des fondateurs de Trade Republic.

Lire aussi

Des frais très bas voire inexistants

Pour réduire les coûts, les néobrokers passent par des intermédiaires moins chers que les acteurs traditionnels et rognent sur leurs commissions. A Bux par exemple, les ordres sans commission sont regroupés et passent tous en fin de séance boursière entre 17 et 18 heures, et à Trade Republic, ils transitent par une plateforme de négociation située à Hambourg. Ne cherchez pas non plus des logiciels d'analyse technique ou des outils élaborés. Ici, on propose des idées d'investissement et des ETF, ces fonds à bas coût qui répliquent des indices nationaux ou thématiques. La concurrence va sans doute s'intensifier avec l'arrivée prochaine de nouvelles plateformes comme le britannique Freetrade ou l'américain Public.com, dans lequel vient d'investir… le PDG de LVMH Bernard Arnault.

Lire aussi

Et les sites spécialisés sur les produits à effet de levier et réservés à des investisseurs chevronnés comme IG, Etoro, ou Saxo Banque se diversifient et proposent aussi des vraies actions. Mais attention, tous ces acteurs sont régulé[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi