La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    47 800,21
    -4 532,71 (-8,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Le mystère des squelettes humains du lac de Roopkund dans l’Himalaya

Nathalie Mayer
·2 min de lecture

Voilà près de 80 ans qu’ils ont été découverts. Les squelettes humains du lac de Roopkund. Et ils continuent, aujourd’hui encore, d’intriguer les chercheurs.

Le lac de Roopkund, c’est un lac glaciaire de l’Himalaya. Situé à quelque 5.000 mètres d’altitude et à 4 ou 5 jours de marche du village le plus proche, on l’appelle aussi parfois le « lac des squelettes ». Pourquoi ce surnom ? Parce qu’en 1942, un garde forestier y a trouvé des squelettes humains. Des centaines d’ossements disséminés sur les bords du lac et au fond de l’eau. En pleine Seconde guerre mondiale, il a d’abord cru à des soldats japonais punis par la nature. Mais il y avait là aussi des ossements de femmes et d’enfants.

Au fil des années, de nombreuses hypothèses ont été avancées. Celle d’un lieu de sacrifice rituel. Mais aussi celle qui pourrait raisonner de manière étrange à nos oreilles aujourd’hui, d’un endroit où l’on aurait abandonné les victimes d’une épidémie pour éviter les contagions. Les objets trouvés autour des ossements, des pantoufles de cuir, des morceaux de parasols en bambou ou encore des bracelets de coquillages semblent cependant mener les chercheurs tout simplement sur la voie de malheureux pèlerins.

Pourtant, le mystère s’est épaissi en 2019, lorsque des chercheurs ont procédé à une analyse génétique de ces os. Elle a révélé la présence parmi eux, d’au moins quatorze squelettes de personnes dont les gènes correspondent à ceux des populations modernes… de la Méditerranée orientale, d’une région proche de la Crête. Des personnes qui semblent, qui plus est, avoir laissé leur vie ici autour des années 1800. Alors que les autres ossements, eux, sont datés des années 800.

Alors, comment expliquer la présence autour du lac de Roopkund, de squelettes d’hommes et de femmes, la plupart plutôt jeunes, et qui semblent être morts par épisodes, sur des dizaines, voire des centaines d’années ? La meilleure explication semble rester celle de victimes prises dans des tempêtes qui auraient chuté vers le lac. Leurs squelettes auraient pu être accumulés là par les fréquentes avalanches qui se produisent sur la pente montagneuse...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Ce contenu pourrait également vous intéresser :