La bourse ferme dans 4 h 36 min

Comment Mycea veut réduire l’usage des pesticides grâce aux champignons

latribune.fr
 

En juillet dernier, la toute jeune société Mycea (créée en avril 2018) a procédé sa première levée de fonds. Objectif ? Poursuivre activement sa recherche de solutions naturelles pour lutter contre les maladies phytopathogènes de cultures.

Inscrivant sa démarche au cœur des enjeux planétaires de protection de l'environnement, Mycea veut réduire, voire stopper l'usage intensif d'engrais et pesticides chimiques en agriculture, en utilisant certaines propriétés naturelles des champignons.

« Nous nous intéressons aux champignons car ils ont une diversité extraordinaire - 1,5 million d'espèces, seulement 10 % connues -, de vastes propriétés chimiques et des propriétés biologiques naturelles puisqu'ils sont présents dans tous les écosystèmes et associés à la quasi-totalité des végétaux », explique Dominique Barry-Etienne, présidente et fondatrice associée de Mycea.

Des solutions de bio-stimulation dès 2021

Afin de disposer de son propre laboratoire et d'avoir suffisamment d'espace pour accueillir l'équipe composée aujourd'hui de 8 salariés (majoritairement des femmes), la société Mycea est hébergée depuis l'été dernier à Minéa, l'incubateur d'Irstea à Montpellier.

Dans le laboratoire de R&D, les équipes travaillent sur deux axes principaux : le bio-contrôle (recherche des extraits ou molécules permettant de lutter contre les maladies fongiques des végétaux) et la biostimulation (recherche de champignons mycorhiziens utilisés pour biostimuler la croissance des plantes).

« L'an dernier, nous avons fait nos proof of concept et démarré un programme de R&D biostimulation portant dans un premier temps sur la vigne et les espaces verts urbains, et qui va être étendu à d'autres agrosystèmes, énonce la présidente, coordinatrice scientifique. Pour ce qui est du biocontrôle, nous venons d'amorcer le programme et travaillons sur les maladies de grandes cultures et de

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


Les pesticides, nouvelle bataille des maires contre la pollution de l'air
Des pesticides dans 75% des fruits et 43% des légumes non bio
Pesticides: le nouveau plan "Ecophyto 2+" déçoit les ONG