Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 963,01
    +2 421,51 (+4,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 374,92
    +44,03 (+3,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2910
    -0,0037 (-0,29 %)
     

Et si notre musique préférée était « aussi efficace qu’un Advil » contre la douleur ?

©Delmaine Donson / Istock

D’après une étude menée par des chercheurs canadiens, nos musiques préférées pourraient nous aider à atténuer nos douleurs.

Si les bienfaits de la musique ne sont plus à prouver, on ne peut s’empêcher d’être sceptique. Si elles peuvent nous faire rire, pleurer et même grimper aux rideaux, les chansons pourraient également atténuer les douleurs. Mais attention, d’après les chercheurs canadiens à l’origine de cette étude, il s’agit uniquement d’un type de musique en particulier : nos préférées. Autant dire toutes puisque (rappelons-le) des goûts et des couleurs, on ne discute pas.

« Nous pouvons estimer que la musique préférée réduit la douleur d’environ un point sur une échelle de 10 points, ce qui est au moins aussi fort qu’un analgésique en vente libre comme l’Advil dans les mêmes conditions. Une musique émouvante pourrait avoir un effet encore plus important », a déclaré Darius Valevicius, le premier auteur de l’étude menée à l’université McGill de Montréal, aux journalistes du « Guardian ».

Une étude, apparemment, très sérieuse

Même si nous émettons quelques doutes quant à la véracité de cette étude, elle a visiblement été réalisée très sérieusement. Publiée dans la revue « Frontiers in Pain Research », 63 personnes se sont prêtées au jeu. Les chercheurs ont utilisé une sonde pour chauffer une zone de leur bras gauche. Durant l’expérience, les cobayes écoutaient deux de leurs musiques préférées, deux autres relaxantes, deux musiques brouillées puis aucune musique.

PUBLICITÉ

Les résultats montrent que les participants...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi