La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,26 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +0,70 (+0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    47 494,57
    -1 417,59 (-2,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,29 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    -0,08 (-0,12 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,95 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,44 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,42 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,85 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Musique en ligne: saisie par Spotify, l'UE accuse Apple d'abus de position dominante

·2 min de lecture

La Commission européenne a accusé vendredi Apple d'abus de position dominante sur le marché de la musique en ligne, à la suite d'une plainte déposée par Spotify, qui pourrait déboucher sur une amende à l'encontre du géant américain et une modification de ses pratiques.

L'UE a dénoncé vendredi "un abus de position dominante" d'Apple sur le marché de la musique en ligne à la suite d'une plainte de Spotify, le géant américain accusant en réponse la plateforme suédoise de chercher à profiter "sans payer" des avantages de l'App Store.

Spotify, service d'écoute de musique en streaming, estime que l'entreprise de Cupertino utilise sa boutique d'applications App Store de manière déloyale pour promouvoir sa propre application Apple Music. Saisie de sa plainte, la Commission européenne a estimé que le groupe à la pomme a bien "faussé la concurrence" pour évincer ses rivaux, détaillant les agissements qu'elle met en cause.

Lire aussi

"Anti-concurrentiel"

L'exécutif européen dénonce l'obligation imposée aux développeurs d'applications de musique en ligne de recourir au système de paiement d'Apple, condition sine qua non pour que leurs services soient accessibles sur l'App Store.

De même, Bruxelles se dit "préoccupé" par les restrictions imposées par Apple, qui interdit aux développeurs des applications de promouvoir des offres moins chères auprès de leurs usagers sur iPhone et iPad (smartphones et tablettes de la marque à la pomme).

Enfin, Apple prélève des commissions "très élevées" (30% la première année, puis 15% selon certaines conditions) sur chaque transaction effectuée via les applications disponibles dans sa boutique.

Or, ce système favorise de facto sa propre application Apple Music, exemptée de commission, alors que les autres applications la répercutent la plupart du temps sur leurs tarifs, au détriment des consommateurs, souligne Bruxelles.

(Avec AFP)

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi