La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 103,47
    -149,66 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,0557
    -0,0030 (-0,29 %)
     
  • Gold future

    1 841,90
    +0,70 (+0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    27 529,24
    -1 096,30 (-3,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    646,61
    -26,76 (-3,97 %)
     
  • Pétrole WTI

    112,70
    +0,49 (+0,44 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 270,70
    -117,80 (-1,03 %)
     
  • S&P 500

    3 877,98
    -22,81 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2486
    +0,0012 (+0,09 %)
     

Musique: de grands groupes vont-ils mettre la main sur les festivals?

·2 min de lecture

Le Printemps de Bourges ouvre la saison 2022 des festivals ce 20 avril. Une année charnière pour les organisateurs, fragilisés par la crise du Covid-19. Au centre des préoccupations, la crainte que de grands groupes mettent la main sur une partie du secteur.

Ce mercredi 20 avril, s'ouvre la deuxième journée de la 46e édition du . Le festival lance une saison à hauts risques pour les festivals de musique français. Durant des années, le secteur a pourtant été plongée en eaux troubles par l'effondrement des ventes de disques. Les festivals représentent ainsi 29% de la billetterie des concerts de musiques actuelles selon le Centre national de la musique. Mais la poule aux œufs d'or semble menacée, entre un tassement des ventes depuis 2017, la crise du , la montée en puissance des concerts en ligne, et des critiques sur l'empreinte écologique des événements. Au milieu de la tempête, l'ombre d'une mainmise progressive de grands groupes sur une partie du secteur plane, alors que le paysage est encore largement dominé par une multitude d'associations. La concentration menace-t-elle le secteur des festivals?

Dès 2020, , référent au sur la question des festivals, mentionnait "des phénomènes de concentration, notamment dans les musiques actuelles, qui modifient le paysage des festivals". Il nuançait toutefois, soulignant que la situation ne semblait "pas justifier, en l'état, une régulation publique". Depuis, la crise du Covid-19 est passée par là, , et fragilisant bon nombre de petites et moyennes structures.

"Une année charnière"

"On est dans une année charnière, explique Emmanuel Négrier, directeur du Centre d'études politiques et sociales à l'université de Montpellier. En 2022, il est possible qu'un certain nombre de festivals soient en difficulté." En cause, la crise sanitaire, mais aussi la guerre en , qui a provoqué une augmentation des prix des matières premières. Carol Meyer, directrice du festival Art Rock et coprésidente de la fédération de festivals De Concert!, est dans l'incertitude: "Les pratiques d’achat du public ont vraiment changé. Tout le monde s’y prend à la dernière minute. Et en festival, on atteint un point d'équilibre seulement si le site est rempli à 90 à 95% chaque jour. On retient tous notre souffle."[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles