La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 242,21
    -276,97 (-0,97 %)
     
  • EUR/USD

    1,2083
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    28 862,77
    +288,91 (+1,01 %)
     
  • BTC-EUR

    30 020,25
    +402,03 (+1,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    704,91
    -30,24 (-4,11 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

De la musique au cinéma, Diego Armando Maradona, icône de la culture populaire

·5 min de lecture

Depuis plusieurs décennies, le fantasque attaquant argentin nourrit l'imaginaire d'innombrables admirateurs dans le monde entier. Maradona a bien sûr inspiré et fasciné des amateurs de football mais aussi des écrivains, des cinéastes, des acteurs ou des musiciens. "Santo Maradona" est même l'objet d'un culte religieux. Tour d'horizon.

"Si j'étais Maradona, Face à n'importe quels buts, Jamais je ne me tromperais." Ces paroles de chanson sont signées Manu Chao, grand amateur de football et auteur de "La Vida Tombola". Voici quelques jours, le chanteur avait d'ailleurs tweeté une incroyable séquence vidéo dans laquelle on le voit l'interpréter face à Diego Maradona en personne. Les mains dans les poches, Maradona l'écoute en esquissant un léger sourire.

Ce titre a été écrit pour un documentaire éponyme intitulé "Maradona" et signé par Emir Kusturica sur la légende argentine. En 2008, le réalisateur avait présenté ce film au festival de Cannes en compagnie de l'ex-footballeur, les deux hommes faisant alors quelques jongles sur les marches du Palais des festivals.

Dans ce film, Emir Kusturica avait dressé le portrait de ce joueur hors du commun en montrant notamment ses engagements politiques et sa dévotion pour Che Gevara, tatoué sur son épaule. Une autre chanson accompagnait une scène marquante : sur une estrade, Maradona reprenait une autre chanson à sa gloire très populaire en Argentine, "La main de Dieu", écrite par Rodrigo Bueno.

La liste des chansons narrant les aventures de ce génie du ballon rond est longue, comme le relève le site Goal.com qui en a sélectionné une dizaine. De grandes figures du rock argentin comme Charly Garcia ou Andrés Calamaro ont également rendu hommage à ce joueur en musique. Avec le groupe Mano Negra, Manu Chao avait déjà chanté sa gloire dans "Santa Maradona". Et le chanteur Benjamin Biolay, grand fan de football, n'a pas résisté au plaisir de glisser en fond sonore dans sa chanson "Borges Futbol Club" les commentaires enflammés du journaliste Victor Hugo Morales au moment du deuxième but inscrit par Maradona face à l'Angleterre en quart de finale de la Coupe du monde 1986.

Sur les planches

La vie de Maradona a également été portée sur grand écran par des acteurs, notamment dans "La Main de Dieu" de l'Italien Marco Risi qui avait choisi Marco Leonardi pour interpréter le rôle du Pibe de Oro. Le réalisateur argentin Carlos Sorín s'est lui éloigné du biopic mais a proposé en 2006 un film, "Le chemin de Diego", dans lequel un jeune Argentin fasciné par Maradona entreprend un long voyage pour rejoindre Buenos Aires où son idole se remet d'une crise cardiaque.

Plus récemment, un sosie vieilli et fatigué de Maradona avait fait une apparition dans le film "Youth" du réalisateur napolitain Paolo Sorrentino qui, lors de son discours de remerciements en 2014 pour l'Oscar du meilleur film étranger décerné à "La Grande Belleza", avait mentionné Diego Armando Maradona parmi ses sources d'inspiration. Et la plateforme Amazon Prime Video a prévu de diffuser en 2021 un biopic en plusieurs épisodes, "Maradona, le rêve béni".

C'est sur les planches que Diego s'est lui même essayé à faire l'acteur, dans un spectacle intitulé "Trois fois 10" monté au théâtre San Carlo de Naples. En janvier 2017, il a lui-même interprété ce texte inspiré de sa vie aux côtés de l'acteur italien Alessandro Siani, auteur de la pièce. Une autre œuvre, tirée du livre "Maradona c'est moi" de l'auteur et journaliste argentine Alicia Dujovne Ortiz, a également vu le jour. Cette pièce qui questionne le mythe de Maradona a été jouée par la compagnie Cipango en février 2019 au Théâtre de Belleville, à Paris.

La prière du "Notre Diego"

L'Argentine compte logiquement plusieurs œuvres dédiées à Diego Maradona, comme la comédie musicale "Le Dix entre le ciel et l'enfer", et de très nombreux ouvrages sur cette légende du football. La bande dessinée n'est pas en reste, avec des comics et des albums racontant sa vie. Et le dessinateur argentin Jorge González, installé en Espagne depuis de longues années, n'a pas manqué de lui rendre hommage en republiant des croquis sur les réseaux sociaux après l'annonce de sa mort.

Au cours de sa brillante carrière, Maradona a inspiré de nombreuses fresques, comme celle réalisée à Naples, où il a joué plusieurs années, par l'artiste Jorit Agoch. Et Maradona a même provoqué la création de lieux de dévotion. Un autel a ainsi vu le jour dans un bar de la via San Biaggio del Librai de Naples où est vénérée la star argentine. Des adeptes sont allés encore plus loin dans son pays natal en créant une "église maradonienne" à Rosario. Elle accueille tous ceux qui vouent un culte à ce joueur et vivent le football comme une passion religieuse. L'initiative est partie d'une blague entre deux admirateurs du joueur qui ont crée ce lieu de culte en 1998 dans lequel est notamment récité le "Notre Diego".

Au fil des années, d'autres églises maradoniennes ont vu le jour dans une quinzaine de pays, en fêtant leur Noël le jour de la naissance de Diego Maradona, le 29 octobre. Il ne fait pas de doute que le 25 novembre offrira aux Maradoniens, adeptes ou non de cette Église, une nouvelle occasion de cultiver le souvenir de ce joueur extraordinaire.