La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 755,32
    +1 762,33 (+3,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

Comment le musée du Louvre veut devenir une marque lifestyle

·2 min de lecture

L'établissement public intensifie sa stratégie de marque en l'élargissant à de nombreux domaines lifestyle. De quoi apporter des recettes par temps de pandémie. Et créditer son patron dont le mandat arrive à échéance?

Son avenir est incertain. prend fin le 13 avril. Et les jeux ne sont pas faits. Chahuté en interne, le président-directeur du musée a en effet mené une campagne très tardive. Face à lui, "deux ou trois personnes ont manifesté leur intérêt" pour ce poste dont l’enjeu est "immense", souffle l'entourage de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot.

Dans cette guerre de succession, deux profils se dégagent, tous deux conservateurs. Laurent Le Bon, président du musée Picasso, et , et qui semble cocher toutes les cases. D'autant qu'une femme à la tête du Louvre, c’est “du jamais vu”. Si Roselyne Bachelot a déjà soumis sa proposition au chef de l'Etat, c’est bien à Emmanuel Macron que reviendra la décision finale. Mais en raison du contexte sanitaire actuelle, cette décision pourrait prendre plus de temps que prévu, faut savoir l’entourage de la ministre.

Lire aussi

90 millions de pertes

Pour l’heure, le patron du Louvre défend son bilan coûte que coûte. Parmi les grands chantiers entrepris par ce manager aux origines modestes, la reprise en mains des ressources propres du musée. En 2019, elles étaient de 149,5 millions d’euros, dont 99 millions provenant de la billetterie. Mais 2020 a été catastrophique pour le musée, avec ses 150 jours de fermeture dus à la pandémie. , et les pertes sont estimées à 90 millions d’euros. Si l’Etat s’est engagé à apporter 46 millions dans le cadre de son plan de relance, le manque à gagner pour le musée est immense. Deuxième source de recettes du musée avec 8,5 millions d’euros, contre 16 pour le château de Versailles, le mécénat tient encore la cadence au Louvre. Mais jusqu’à quand? Chaque année, le musée fait appel à une soixantaine de mécènes, comme de grands groupes comme Axa, Bank of America ou encore LVMH. Mais avec la crise sanitaire, “les entreprises sont un peu moins au rendez-vous”, s’inquiète Yann Le Touher, sous-directeur du mécénat au musée. “Pour maintenir un niveau de ressources propres élevées, nous devons nous diversif[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi