La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 270,09
    -121,43 (-0,39 %)
     
  • Nasdaq

    12 997,75
    -361,04 (-2,70 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,2069
    -0,0019 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • BTC-EUR

    42 314,22
    +2 411,74 (+6,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 021,19
    +33,09 (+3,35 %)
     
  • S&P 500

    3 819,72
    -50,57 (-1,31 %)
     

Pour Muriel Pénicaud, le Covid accélère la révolution du travail

·2 min de lecture

RENCONTRE - Pour l’ex-ministre du Travail Muriel Pénicaud, représentante permanente de la France auprès de l’OCDE, la crise amplifie la mutation de l’emploi.

On l’avait quittée ministre du Travail. L’été dernier, elle a été débarquée du gouvernement. Puis bombardée représentante permanente de la France auprès de l’OCDE, à la place de Jean-Pierre Jouyet. On la retrouve, souriante et presque détendue, pour disserter de l’avenir du travail. Un thème qu’elle abordera en mai dans un livre: "A partir de mon expérience de ministre et de dirigeante d’entreprise, enrichie d’une vision internationale, je livrerai humblement et modestement quelques pistes d’actions pour les entreprises, le capitalisme et la démocratie de demain."

Jeu à somme nulle

Le futur, Muriel Pénicaud le voit très numérique. Comme cette ribambelle de petits engins qui l’enregistrent et la filment cet après-midi. Pas de public pour ce colloque organisé en partenariat avec Challenges chez l’incubateur . Comme les autres intervenants qui défileront, responsables d’entreprises (Suez, Edenred, La Poste, EDF), de start-up spécialisées en ressources humaines (People In, Comet, Figures) et de grandes écoles (Polytechnique, HEC, Essec, Dauphine), Muriel Pénicaud se prête au jeu de "l’hybride". C’est devant une salle vidée d’humains –à l’exception de quelques techniciens– qu’elle s’exprime donc au Future of Work Summit. Tout sera monté pour être diffusé sur Internet. "J’avais l’habitude de fixer deux ou trois regards pour capter l’attention de l’auditoire", se rappelle l’ex-ministre et DRH avant de se lancer dans sa keynote.

Le Covid-19 est un accélérateur

En dix-huit minutes chrono, y compris les relances, la voilà qui brosse sa vision du travail de demain. La pandémie? Elle est un "accélérateur". Car, selon elle, le travail n’a pas attendu le confinement pour être bousculé. La révolution a commencé "il y a trois ou quatre ans". D’emblée, on a droit à une étude de l’OCDE –les fiches sont étalées sur la table basse– selon laquelle "un quart des emplois pourraient être automatisés et 30% vont être profondément transformés par la révolution numérique". Juste derrière, une[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi