La bourse est fermée

Municipales à Lyon: guerre fratricide entre macronistes

Pour défendre Lyon, place forte de la Macronie, La République en marche (LREM) n’a voulu prendre aucun risque : Cette nouvelle collectivité territoriale, qui réunit une cinquantaine de communes, concentre tous les pouvoirs, comme l’urbanisme et le développement économique… Et pour la première fois, les Lyonnais vont devoir glisser deux bulletins dans les urnes : un pour désigner le président de la métropole, l’autre pour élire le maire de Lyon.

La bataille est à peine commencée que Gérard Collomb, qui compte trois mandats à la tête de la ville à son actif, est déjà sous pression. Car rien ne s’est passé comme prévu depuis son retour dans la capitale des Gaules en octobre 2018, après un an et demi au gouvernement en tant que ministre de l’Intérieur. Plusieurs soutiens clés l’ont trahi et David Kimelfeld, 58 ans, son ex-bras droit, est resté à la tête de la métropole. "David lui aurait rendu sa place si Gérard Collomb lui avait demandé", souffle l'un de ses soutiens qui tient à préciser qu'il n'a en aucun cas trahi son ex mentor.   

Repli stratégique à la mairie

L’ex-ministre de l’Intérieur a donc mis en place un plan B, et s’est replié sur la mairie de Lyon, qu’il a gagnée sans discontinuer depuis 2001, pour préparer son opération reconquête. Après des semaines de tractations en coulisse sans succès, Gérard Collomb a finalement sommé LREM de siffler la fin de la partie. Un paradoxe, car il a toujours gardé ses distances vis-à-vis des partis nationaux, considérant qu’une proximité trop affichée faisait perdre une élection locale.

Et le nouveau dissident s’en sort plutôt bien dans une campagne où tous les coups sont permis: "Il n’y a pas eu de départs massifs de soutiens, contrairement à ce que voulait faire croire le camp Collomb, avance-t-il. La dynamique est bonne et on peut compter sur une grande partie des militants d’En marche." Outsider, David Kimelfeld est à l’attaque: deux jours après l’investiture de Gérard Collomb, il a réuni un mi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Municipales: Anne Hidalgo officiellement candidate à un deuxième mandat à ParisMunicipales : Villani, Griveaux... petits calculs et grandes manœuvres à LREMGérard Collomb investi à la métropole de Lyon par LREMA Bordeaux, le combat des lieutenants pour se glisser dans les pas de JuppéMunicipales: Veillée d’armes à Lille devant la citadelle Aubry