La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 919,84
    -50,63 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    14 746,40
    +32,49 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    29 839,71
    -660,34 (-2,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1729
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    35 006,05
    -2 224,94 (-5,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 016,33
    -47,52 (-4,47 %)
     
  • S&P 500

    4 354,19
    -3,54 (-0,08 %)
     

Moustique tigre, punaise de lit... l'incroyable facture de ces bestioles qui ont envahi la France

·1 min de lecture

Presque trente ans après sa mort, le célèbre trafiquant de drogue Pablo Escobar fait encore des ravages en Colombie. Et cette fois, ce n’est pas à cause de la blanche, mais… d’une centaine d’hippopotames qui terrorisent les habitants dans une zone située à 150 kilomètres de Medellin. Très agressifs, ces envahisseurs sont les descendants directs des quatre pachydermes que le narcotrafiquant avait importés d’Afrique dans les années 1980 pour peupler le zoo installé dans son hacienda de 2.000 hectares. Avec une fortune estimée à 25 milliards d’euros, l’homme aimait se croire le roi des animaux dans son domaine. Mais, après sa chute en 1993, ses hippos se sont retrouvés en liberté dans la jungle environnante. Très à l’aise dans cet environnement tropical, assurés d’une nourriture abondante, ils se sont multipliés jusqu’à devenir un troupeau, causant des dégâts irrémédiables sur la biodiversité et l’économie locale.

Cette invasion localisée pourrait paraître anecdotique si elle n’était le symbole d’un phénomène grave, mais dont on parle rarement: l’envahissement par des espèces dites «exotiques» de lieux où elles n’auraient a priori rien à faire. Insectes, rongeurs, parasites, plantes, champignons… Comme les hippos d’Escobar, des centaines et des centaines d’animaux ou de végétaux, transportés souvent à leur insu par les hommes, ont pris leurs quartiers à des milliers de kilomètres de leur habitat naturel.

La plupart du temps, ces migrations prêtent peu à conséquence. Mais il arrive (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

OSS 117 : les jolis émoluments de Nicolas Bedos
Covid-19 : un traitement d'AstraZeneca réduirait de plus de 70 % le risque d'une forme symptomatique
Le généreux don d'un couple aux pompiers qui leur ont sauvé la vie
Mélenchon, Hidalgo, Jadot… les “grands” candidats à la traîne de la primaire populaire de gauche
Troisième dose de vaccin anti-Covid : Biden se porte volontaire

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles