La bourse est fermée

Moustache Bikes : les vélos électriques français qui ont la tête dans le guidon

Voilà de quoi être fier ! Quand le patron de Bosch, Volkmar Denner, délaisse son opulente berline pour un vélo à assistance électrique (VAE), c’est sur un Moustache Bikes qu’il pédale. Une double consécration pour la marque vosgienne. D’abord, parce que l’équipementier automobile est devenu la référence technologique pour les moteurs et batteries des VAE. Ensuite, parce que les leaders européens de ce marché sont allemands. Un petit français apprécié outre-Rhin pour sa finition , c’est rare. «La qualité, c’est ce qui nous guide depuis le début», soulignent en chœur les deux cofondateurs de Moustache Bikes, Emmanuel Antonot et Grégory Sand.

Avec son design très soigné, ses guidons en forme de moustache (d’où son nom), ses équipements irréprochables, Moustache Bikes s’est d’emblée positionné comme une marque premium, avec un panier moyen aujourd’hui autour de 3.000 euros. Pour l’instant, cette stratégie s’avère payante à en juger par la croissance du chiffre d’affaires, raide comme le col du Galibier : 2,4 millions d’euros dès la première année, 20 millions quatre ans plus tard et 62 millions aujourd’hui. Et l’entreprise, basée à Thaon-les-Vosges (88), au nord d’Epinal, est rentable depuis l’origine. «Ce dont nous sommes les plus fiers, c ’est d’avoir pu créer une centaine d’emplois ici», insiste Emmanuel Antonot, songeant sans doute à Viskase, un gros employeur de la commune qui a délocalisé une partie de ses effectifs en Pologne en 2019.

>> A lire aussi - Vélo électrique : combien ça coûte, comment bien le choisir

Leur aventure ravira tous ceux qui croient en la capacité de la France à reconstituer son tissu industriel et, au-delà, espèrent la résilience de notre économie après la crise qu’elle traverse aujourd’hui. Quand les deux compères ont présenté leur premier prototype en 2011, on ne misait pas lourd sur l’avenir des fabricants européens de cycles. Les importations chinoises faisaient alors des ravages : ainsi de la Manufacture française du cycle, un des plus gros

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Boeing : nouveau coup dur pour le 737 MAX
"Questions pour un champion" : Julien Lepers perd le premier round
Durcissement des crédits immobiliers, relance de l’économie française… Le flash éco du jour
L'édition 2021 du Salon de l'automobile de Genève également annulée
Le succès des primes à la conversion se confirme