Marchés français ouverture 4 h 8 min
  • Dow Jones

    33 970,47
    -614,41 (-1,78 %)
     
  • Nasdaq

    14 713,90
    -330,06 (-2,19 %)
     
  • Nikkei 225

    29 898,57
    -601,48 (-1,97 %)
     
  • EUR/USD

    1,1736
    +0,0008 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    24 069,90
    -29,24 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    36 608,69
    -2 956,00 (-7,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 075,53
    -58,86 (-5,19 %)
     
  • S&P 500

    4 357,73
    -75,26 (-1,70 %)
     

De la mousse de graphène pour éviter la surchauffe des batteries

Tirer le maximum du potentiel d’une batterie est un véritable compromis de contraintes extrêmes. Parmi celles-ci, il y a la température extérieure. Lorsqu’elle est trop basse, ou trop élevée, les performances se dégradent et l’autonomie aussi. C’est pour cette raison qu’il est recommandé de ne solliciter les batteries lithium-ion que sur une plage de températures courant de 0 à 45 °C et notamment lorsqu’il s’agit de les recharger. Étant donné que les appareils électroniques chauffent eux-mêmes, on utilise généralement des systèmes passifs pour la conduction et la convection pour maintenir une température optimale. C’est d’autant plus vrai pour les drones, ou les voitures électriques dont les batteries sont fortement sollicitées.

Pour régler ces histoires de chaud et froid, les chercheurs de l'université Purdue aux États-Unis ont misé sur le matériau magique qu’est le graphène. Les propriétés du graphène font qu’il est à la fois un excellent conducteur pour évacuer la chaleur, mais qu’il peut également servir de redoutable isolant. Pour cela, ils ont conçu une sorte de mousse composée d’une superposition de fines feuilles de carbone de l’épaisseur d’un atome.

Un interrupteur thermique variable

La mousse est placée entre la batterie et un radiateur. Lorsqu’il fait froid, la mousse épaisse de 1,2 millimètre agit comme un isolant grâce à ses alvéoles d'air. Mais lorsque la température augmente, la mousse se comprime progressivement. Lors de cette compression qui dépend de la chaleur, ses capacités de conduction thermique augmentent. Au final, la mousse peut se tasser avec un maximum de 0,2 millimètre d’épaisseur. Sa conduction est alors multipliée par huit. Avec ce système qui fait penser à celui d’un commutateur thermique, mais avec le côté variable et progressif en plus, la mousse de graphène peut aussi bien conduire la chaleur que la conserver. Les chercheurs ont testé le procédé sur une plage de températures variant de 0 à 30 °C. La mousse de graphène permettait...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles