La bourse est fermée

Moteur de recherche : Android ouvre la porte à la concurrence

Louis Neveu, Journaliste
1 / 2

Moteur de recherche : Android ouvre la porte à la concurrence

En 2018, la Commission européenne avait infligé une amende record de 4,34 milliards d’euros à Google pour abus de position dominante parce qu'il favorisait son propre moteur de recherche dans le système d’exploitation mobile Android. Afin de répondre aux exigences de l’Europe, la firme a décidé d’intégrer trois autres moteurs de recherche. Il vient tout juste d’annoncer les grands gagnants de son système de sélection sur le site android.com.

Dès le mois de mars, lors de la configuration d’un nouvel appareil Android, les utilisateurs verront s’afficher un écran de sélection leur permettant de choisir entre quatre différents moteurs de recherche présentés dans un ordre aléatoire. La firme a créé une sélection différente pour chacun des 31 pays concernés (les 28 pays de l’Union européenne, plus l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège).

Une nouvelle enchère tous les trois mois

Google a mis en place un système d’enchères pour choisir les moteurs de recherche. Chacun devait indiquer le prix qu’il serait prêt à payer à chaque fois qu’un utilisateur le sélectionne, et Google a retenu les trois enchères les plus élevées. Toutefois, ils ne paieront finalement que le prix indiqué par la quatrième enchère la plus élevée. Une nouvelle enchère aura lieu tous les trois mois.

DuckDuckGo sera présent dans tous les pays concernés, et en France il sera accompagné du moteur de recherche français Qwant, ainsi que du métamoteur de recherche américain info.com. Ce dernier est méconnu en France, mais a été lancé en 2004 et semble bien décidé de partir à la conquête du continent européen.


> Lire la suite sur Futura