Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    38 570,76
    +88,65 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0749
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    18 430,39
    +514,84 (+2,87 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 467,43
    +229,10 (+0,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 383,15
    +45,40 (+3,39 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     

Moselle: un octogénaire armé mortellement blessé par le tir d'un gendarme

Denis Charlet

Un homme de 82 ans, ayant fait usage d'une arme à feu, est mort dimanche en Moselle, atteint par le tir d'un gendarme qui aurait agi en état de "riposte légitime", a indiqué lundi le procureur de la République à Thionville.

Une enquête de l'inspection de la Gendarmerie nationale (IGGN) a été ouverte, a indiqué dans un communiqué Brice Partouche, selon lequel "l'hypothèse d'une riposte légitime des militaires de la gendarmerie est, en l'état des investigations, privilégiée".

Un fusil de la Seconde guerre mondiale

Les faits se sont produits dimanche après-midi à Fontoy, une commune à quarantaine de kilomètres au nord de Metz. Alertés "au sujet d'un homme susceptible de faire usage d'une arme à feu", les militaires ont découvert l'octogénaire devant son domicile, muni d'un fusil de la Seconde guerre mondiale, selon Brice Partouche.

PUBLICITÉ

Selon les premiers éléments, l'homme, "malgré les sommations", n'a pas obtempéré mais aurait au contraire "fait usage à plusieurs reprises de son arme en tirant en l'air puis en épaulant et visant les gendarmes", a poursuivi le magistrat.

Un gendarme "aurait alors fait usage de son arme (...) en direction de l'intéressé qui se serait immédiatement effondré", selon le procureur. Son décès a été constaté par les services de secours présents.

Le médecin légiste a par la suite constaté sur le corps un impact "au niveau de la hanche", élément qui doit toutefois être confirmé par une autopsie, a-t-il ajouté.

"Le décédé aurait ouvert le feu en direction des militaires"

Dix-huit étuis "percutés" ont été retrouvés près du corps de l'octogénaire ainsi que "au moins deux projectiles" fichés dans un panneau de signalisation et une porte de garage derrière les gendarmes, "laissant ainsi supposer que le décédé aurait ouvert le feu en direction des militaires", a encore indiqué Brice Partouche.

Il précise que, selon "les premiers éléments", "un seul tir a été réalisé par les gendarmes".

Des témoignages font état "d'une très forte consommation d'alcool" de la part de l'octogénaire "qui aurait par ailleurs manifesté sa volonté de mettre fin à ses jours", a encore indiqué M. Partouche.

Article original publié sur BFMTV.com