La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    48 676,74
    +998,78 (+2,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Moscou menace "ouvertement" l'Ukraine de destruction, selon le ministre des Affaires étrangères

·1 min de lecture

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a demandé aux Occidentaux d'imposer de nouvelles sanctions contre Moscou "si la Russie viole la ligne rouge".

Moscou menace ouvertement l' de destruction, a assuré jeudi le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kuleba, sur fond de tensions exacerbées avec .

"Ils menacent ouvertement l'Ukraine d'une guerre et de détruire l'Etat ukrainien", a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse conjointe avec ses trois homologues des pays baltes, venus à Kiev pour exprimer leur solidarité.

"Nous condamnons l'aggravation de la situation sécuritaire (provoquée) par la Russie et les actes et déclarations de Moscou visant à faire monter la tension militaire et à saper les efforts diplomatiques", a-t-il poursuivi.

Lire aussi

"Si la Russie viole la ligne rouge, elle devra en souffrir"

"La ligne rouge pour l'Ukraine est sa frontière d'Etat. Si la Russie viole la ligne rouge, elle devra en souffrir", a-t-il prévenu, en appelant les Occidentaux à imposer dans ce cas de nouvelles sanctions contre Moscou.

Le gouvernement ukrainien craint que Moscou ne cherche à provoquer un casus belli pour tenter de justifier une opération armée. Le Kremlin a de son côté assuré "ne menacer personne" et dénoncé en retour des "provocations" ukrainiennes.

La Russie a déployé ces dernières semaines des dizaines de milliers de soldats à la frontière avec l'Ukraine et en Crimée, péninsule qu'elle a annexée en 2014. Elle a affirmé y mener des "exercices militaires" en réponse aux actes "menaçants" de l'Otan, alliance que Kiev ambitionne de rejoindre.

Lire aussi

(Avec l'AFP)

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi