Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 346,15
    +35,38 (+0,48 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 418,51
    +36,04 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    36 201,27
    +250,38 (+0,70 %)
     
  • EUR/USD

    1,0891
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    2 090,10
    +32,90 (+1,60 %)
     
  • Bitcoin EUR

    35 530,83
    +860,84 (+2,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    799,12
    +7,57 (+0,96 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,29
    -1,67 (-2,20 %)
     
  • DAX

    16 397,52
    +182,09 (+1,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 529,35
    +75,60 (+1,01 %)
     
  • Nasdaq

    14 282,42
    +56,20 (+0,40 %)
     
  • S&P 500

    4 589,60
    +21,80 (+0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    33 431,51
    -55,38 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    16 830,30
    -212,58 (-1,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2711
    +0,0083 (+0,66 %)
     

Mort subite du nourrisson : des paquets de couches véhiculent de mauvaises pratiques de prévention

Des chercheurs ont eu l’idée d’étudier les images présentes sur les emballages de couches pour bébés de moins de 5 kg dans 11 pays européens dont la France.
jfairone / Getty Images Des chercheurs ont eu l’idée d’étudier les images présentes sur les emballages de couches pour bébés de moins de 5 kg dans 11 pays européens dont la France.

NOURRISSONS - Il ne faut pas toujours se fier aux paquets de couches, du moins aux photos qui les illustrent. Dans plusieurs pays européens, certains véhiculent des images de couchage des nourrissons non conformes aux recommandations pour la prévention de la mort subite, a alerté lundi 23 octobre une équipe de chercheurs après une étude publiée dans The Journal of Pediatrics.

Le syndrome de mort subite du nourrisson est la mort inattendue d’un nourrisson de moins d’un an qui reste inexpliquée après une enquête complète. Parmi les principaux facteurs de risque, la position de couchage sur le ventre a été identifiée au début des années 1990.

D’autres facteurs ont ensuite été décrits, notamment des surfaces de couchage molles (oreiller, peluche, couette…) et le partage du couchage avec une autre personne. Depuis une trentaine d’années, des recommandations de couchage ont permis de diminuer de 80 % l’incidence de la mort subite en France, qui se situe aujourd’hui entre 250 et 350 décès par an.

Cependant, dans plusieurs pays européens dont la France, les taux d’incidence ne baissent plus ou très faiblement, et une fréquence élevée de pratiques parentales de couchage non conformes aux recommandations a été notée.

Des chercheuses et chercheurs de l’Inserm, d’Université Paris Cité et d’HEC Paris, en collaboration avec l’AP-HP, le CHU de Nantes et d’autres structures de recherche européennes, ont eu l’idée d’étudier les images présentes sur les emballages de couches pour bébés de moins de 5 kg dans 11 pays européens dont la France.

79 % des paquets non conformes

Sur 49 % des 631 emballages de couches identifiés, une image représentait un bébé endormi. Parmi ces derniers, 79 % des paquets (soit 39 % de l’ensemble des paquets) étaient non conformes avec au moins une recommandation de prévention de la mort subite, selon l’équipe de recherche. Dans le détail, on pouvait observer un bébé endormi en position ventrale sur 51 % d’entre eux, ou partageant la surface de couchage avec une autre personne sur 10 % d’entre eux.

Les paquets de couches ne sont pas les seuls incriminés : des études sur les images de bébés endormis dans les magazines pour parents, les brochures de lit pour bébés ou les sites web de banques de photos commerciales ont montré des taux alarmants de non-conformité avec les recommandations pour le couchage sécurisé, allant de 35 à 93 %, selon les chercheurs.

Ils ont lancé une pétition pour un règlement ou une législation interdisant les photos et images à usage commercial ou officiel de bébés endormis sans respect des recommandations de couchage sécurisé. Elle a déjà été signée par la Haute autorité de santé et les Sociétés françaises de pédiatrie et néonatologie.

À voir également sur Le HuffPost :

Payer pour trouver un prénom original ? Aux États-Unis, certains parents n’hésitent pas

Pourquoi votre bébé pleure-t-il ? Selon cette étude, vous ne pouvez pas le deviner en fonction de ses cris