Publicité
Marchés français ouverture 44 min
  • Dow Jones

    38 441,54
    -411,32 (-1,06 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,58
    -99,30 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    37 985,48
    -571,39 (-1,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,0796
    -0,0012 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    18 194,99
    -282,02 (-1,53 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 931,53
    -594,79 (-0,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 462,04
    +6,18 (+0,42 %)
     
  • S&P 500

    5 266,95
    -39,09 (-0,74 %)
     

Mort subite du nourrisson : les images des paquets de couches non-conformes aux recommandations

© Capuski / iStock

Des images représentant des nourrissons dans des positions pouvant entraîner leur mort subite sont utilisées sur les emballages de certains paquets de couches. Une pétition a été lancée.

Dans plusieurs pays européens, des paquets de couches véhiculent des images de couchage des nourrissons non-conformes aux recommandations pour la prévention de la mort subite. L’alerte a été lancée lundi 23 octobre par une équipe de chercheurs après une étude publiée dans « The Journal of Pediatrics ».

Le syndrome de mort subite du nourrisson est la mort inattendue et inexpliquée d’un nourrisson de moins d'un an. Parmi les principaux facteurs de risque, la position de couchage sur le ventre a été identifiée au début des années 1990. D’autres facteurs ont ensuite été décrits, notamment des surfaces de couchage molles (oreiller, peluche, couette...) et le partage du couchage avec une autre personne.

Depuis une trentaine d'années, des recommandations de couchage ont permis de diminuer de 80 % l'incidence de la mort subite en France, qui se situe aujourd’hui entre 250 et 350 décès par an. Cependant, dans plusieurs pays européens dont la France, les taux d'incidence ne baissent plus ou très faiblement, et une fréquence élevée de pratiques parentales de couchage non-conformes aux recommandations a été notée.

PUBLICITÉ

À lire aussi >> Augmentation de la mortalité infantile : la qualité des soins néonataux est-elle en cause ?

Images non-conformes

Des chercheuses et chercheurs de l'Inserm, d'Université Paris Cité et de HEC Paris, en collaboration avec l’AP-HP, le CHU de Nantes et d'autres structures de recherche européennes, ont étudié...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi