La bourse ferme dans 54 min
  • CAC 40

    5 575,94
    +57,39 (+1,04 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 524,52
    +31,98 (+0,92 %)
     
  • Dow Jones

    30 004,46
    +365,82 (+1,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,2018
    +0,0083 (+0,70 %)
     
  • Gold future

    1 809,50
    +28,60 (+1,61 %)
     
  • BTC-EUR

    16 071,36
    -179,65 (-1,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    379,55
    -0,31 (-0,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    44,67
    -0,67 (-1,48 %)
     
  • DAX

    13 390,59
    +99,43 (+0,75 %)
     
  • FTSE 100

    6 373,89
    +107,70 (+1,72 %)
     
  • Nasdaq

    12 304,85
    +106,11 (+0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 667,12
    +45,49 (+1,26 %)
     
  • Nikkei 225

    26 787,54
    +353,92 (+1,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 567,68
    +226,19 (+0,86 %)
     
  • GBP/USD

    1,3355
    +0,0023 (+0,17 %)
     

Mort de Sean Connery, premier interprète de James Bond : "Il a défini le rôle", rappelle le spécialiste Guillaume Evin

franceinfo
·1 min de lecture

"Il a quand même défini le rôle", confie samedi 31 octobre sur franceinfo Guillaume Evin, spécialiste de James Bond après l'annonce de la mort de Sean Connery, tout premier acteur à avoir endossé le rôle de James Bond sur le grand écran.

franceinfo : Sean Connery restera le seul vrai James Bond selon vous ?

Guillaume Evin : Je ne sais pas si c'est le seul vrai, en revanche, c'est le premier et à partir de ce moment-là, il a quand même défini le rôle. C'est à l'aune de sa prestation que ses successeurs se sont définis. Il en a fait six et même un septième non-officiel, Jamais plus jamais qui était le remake d'Opération tonnerre. Il maîtrisait parfaitement le rôle. C'est d'ailleurs parce qu'il était totalement à l'aise dans le smoking de 007 qu'il a voulu aller voir ailleurs et il s'est lancé dans une seconde carrière qui a été formidable.

Le personnage de James Bond est un personnage contraignant ?

Pour Sean Connery, c'était compliqué parce que ça a été à la fois le rôle qui a fait sa gloire et qui lui a ouvert toutes les portes mais c'est aussi un rôle qui commençait à l'enfermer. Il a donc voulu desserrer le carcan et il a bien réussi. Que ce soit L'homme qui voulut être roi (John Huston, 1975), ou Le lion et le vent (John Milius, 1975), Un pont trop loin (Richard Attenborough, 1977), Highlander (Russell Mulcahy, 1986), Les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi