Publicité
Marchés français ouverture 4 h 20 min
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,10 (+0,62 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,32 (-2,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0893
    -0,0017 (-0,15 %)
     
  • HANG SENG

    18 120,23
    -173,15 (-0,95 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 267,84
    +2 716,11 (+4,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 281,07
    +82,50 (+6,88 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     

Mort de Prigojine : les 10 corps et les boîtes noires retrouvés, le Kremlin nie avoir ordonné l'assassinat du patron de Wagner

Mikhail Svetlov / Getty Images

Le Kremlin clame son innocence. Le gouvernement russe a nié ce vendredi 25 août avoir ordonné l'assassinat du chef du groupe Wagner Evguéni Prigojine et a sommé les paramilitaires de prêter serment de "loyauté" à la Russie, deux mois après leur coup de force avorté. Dmitri Peskov, le porte-parole du président russe, a qualifié de "mensonge absolu" les insinuations de dirigeants occidentaux selon lesquelles le Kremlin avait orchestré le crash de l'avion qui transportait M. Prigojine mercredi.

"Actuellement, autour de la catastrophe aérienne et des morts tragiques de passagers, notamment d'Evguéni Prigojine, il y a beaucoup de spéculations et on sait bien dans quelle direction on spécule en Occident", a-t-il aussi dit. Nombre des détracteurs du régime russe ou de ses ex-partisans tombés en disgrâce ont été tués ou ciblés par des tentatives d'assassinat. Le Kremlin a toujours démenti toute implication.

Les enquêteurs ont, de leur côté, affirmé que les investigations suivaient leur cours. Ils ont annoncé en début de soirée avoir récupéré les dix corps des victimes sur les lieux du crash ainsi que les enregistreurs de vol et ont indiqué que des "analyses génétiques moléculaires" étaient en cours pour établir leur identité. "L'enquête vérifiera minutieusement toutes les versions possibles de ce qui s'est passé", a insisté le Comité d'enquête russe sur Telegram.

Le plus proche allié du Kremlin, le président du Bélarus Alexandre Loukachenko, a lui soutenu le Kremlin en affirmant "ne pas (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite