La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    31 201,29
    -200,72 (-0,64 %)
     
  • EUR/USD

    1,2086
    -0,0100 (-0,82 %)
     
  • Gold future

    1 716,10
    -59,30 (-3,34 %)
     
  • BTC-EUR

    39 994,77
    -2 390,66 (-5,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    969,66
    +36,52 (+3,91 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,24
    -1,29 (-2,03 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 301,97
    +182,54 (+1,39 %)
     
  • S&P 500

    3 844,94
    +15,60 (+0,41 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3931
    -0,0081 (-0,58 %)
     

Mort de la petite Hyana, 6 ans: le témoignage glaçant des enquêteurs

·2 min de lecture

Une enfant de six ans est morte des suites des mauvais traitements de ses parents. La mère de l'enfant et son compagnon encourent la réclusion criminelle à perpétuité.

"Dans la chambre de la petite, il y avait des jouets et beaucoup de sang": les déclarations des enquêteurs ont fait entrer mardi le procès des proches de Hyana, morte des suites des mauvais traitements, dans l'horreur du dossier. Le principal enquêteur a glacé la cour d'assises du Cher mardi, donnant à ce procès le ton solennel qu'il n'avait pas forcément eu lors du premier jour.

L'officier de police judiciaire a ainsi raconté la procédure, débutée le 30 décembre 2017, quand la petite Hyana a été déposée dans le coma aux urgences de Bourges. Elle est morte deux semaines plus tard des suites de ses blessures. Le policier a décrit l'éprouvante autopsie de l'enfant: "On a devant nous une enfant de six ans couverte de brûlures, de morsures, de bleus. En ouvrant le corps, on a vu des fractures aux jambes, aux doigts. On n'avait jamais vu ça." "L'émotion était compliquée, elle l'est toujours", a-t-il soufflé, visiblement marqué.

S'il n'est pas entré dans les détails, la procédure fait état d'un corps meurtri par 32 blessures, dont 14 morsures. Le fonctionnaire a aussi décrit les "nombreuses traces de sang au logement" de la mère, Noémie P... "Des traces de sang séchées et des traces de sang nettoyées", a-t-il précisé.

Impassible

La jeune femme, alors âgée de 22 ans, avait déposé l'enfant à l'hôpital en se présentant sous un faux nom, avant de prendre la fuite avec son compagnon. Une cavale de courte durée puisqu'ils avaient été arrêtés quelques jours plus tard à Toulouse. A la demande de la cour, les enquêteurs ont aussi raconté la garde à vue, s'attachant à décrire une mère "impassible".

"Pendant les 48 heures de la garde à vue, elle n'a pas demandé de nouvelles de la petite", a ainsi expliqué l'officier. "Elle n'a pleuré(...)

Lire la suite sur Paris Match