Publicité
La bourse ferme dans 6 h 53 min
  • CAC 40

    8 139,47
    -56,49 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 049,34
    -25,00 (-0,49 %)
     
  • Dow Jones

    39 806,77
    -196,82 (-0,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,0864
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 420,10
    -18,40 (-0,75 %)
     
  • Bitcoin EUR

    65 319,06
    +3 786,27 (+6,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 525,05
    +36,51 (+2,45 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,16
    -0,64 (-0,80 %)
     
  • DAX

    18 704,14
    -64,82 (-0,35 %)
     
  • FTSE 100

    8 394,44
    -29,76 (-0,35 %)
     
  • Nasdaq

    16 794,88
    +108,91 (+0,65 %)
     
  • S&P 500

    5 308,13
    +4,86 (+0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    38 946,93
    -122,75 (-0,31 %)
     
  • HANG SENG

    19 220,62
    -415,60 (-2,12 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    -0,0000 (-0,00 %)
     

Mort de Jean-Louis Murat : l’âme du paysan a rejoint la terre

BEBERT Bruno/Sipa

Jean-Louis Murat n’avait pas choisi son nom de scène par hasard : Murat-le-Quaire, c’était le nom du village où ses grands-parents possédaient une ferme — isolée. Salué par le triangle d’or de la critique parisienne — Libération, Télérama, Inrockuptibles —, Jean-Louis Murat n’aura pourtant cessé durant toute une carrière riche en productions personnelles et en collaborations nourries par un grand éclectisme — de Mylène Farmer à Indochine — de rendre hommage à la terre paysanne qui l’avait vu grandir.

Fils d’un charpentier-menuisier, tricotant de la musique en amateur, et d’une couturière, c’est dans ce hameau surplombant la Bourboule que ce chanteur, né en janvier 1952 à Chamalières, aura passé une grande partie de son enfance. C’est dans son fief du Puy-de-Dôme, une ferme — isolée — où le vent aurait pu décorner un bœuf, que l’Auvergnat est mort ce jeudi matin.

À lire aussi Le chanteur Jean-Louis Murat est mort

Jean-Louis Murat s’appelait en fait Jean-Louis Bergheaud et c’est ainsi d’ailleurs qu’il a longtemps déposé ses chansons à la Sacem pour éviter d’être confondu avec un homonyme. Quand les radios découvrent son single Si je devais manquer en toi en 1987, Jean-Louis Murat n’est déjà plus un perdreau de l’année. Comme il le regrettera souvent, sa reconnaissance a été pour le moins tardive : à 35 ans, le chanteur a déjà failli à plusieurs reprises mettre un terme à sa carrière.

William Sheller le repère

Initié au jazz par un professeur d’anglais, Jean-Louis...


Lire la suite sur LeJDD