La bourse ferme dans 4 h 49 min
  • CAC 40

    6 204,80
    +20,70 (+0,33 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 973,36
    +6,37 (+0,16 %)
     
  • Dow Jones

    33 677,27
    -68,13 (-0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,1965
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • Gold future

    1 742,60
    -5,00 (-0,29 %)
     
  • BTC-EUR

    53 613,27
    +903,18 (+1,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 381,89
    +87,90 (+6,79 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,13
    +0,95 (+1,58 %)
     
  • DAX

    15 217,87
    -16,49 (-0,11 %)
     
  • FTSE 100

    6 901,15
    +10,66 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 996,10
    +146,10 (+1,05 %)
     
  • S&P 500

    4 141,59
    +13,60 (+0,33 %)
     
  • Nikkei 225

    29 620,99
    -130,61 (-0,44 %)
     
  • HANG SENG

    28 900,83
    +403,58 (+1,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3762
    +0,0010 (+0,07 %)
     

Mort de George Floyd : le procès du policier accusé du meurtre s'ouvre lundi aux Etats-Unis

·1 min de lecture

Un procès historique s'ouvre lundi à Minneapolis, dans le nord des États-Unis : celui du policier blanc accusé d'avoir tué l'Afro-Américain George Floyd le 25 mai et suscité un sursaut antiraciste dans le monde entier. Ce procès très attendu doit débuter à 8 heures par la sélection des jurés, mais d'ultimes débats sur la qualification exacte des charges pesant sur Derek Chauvin pourraient retarder la procédure. Pour l'instant, cet homme de 44 ans, dont 19 au service de la police de Minneapolis, est inculpé de meurtre et d'homicide involontaire. Remis en liberté sous caution, il comparaîtra libre.

"I can't breathe"

Le 25 mai, il était intervenu avec trois collègues afin d'arrêter George Floyd, soupçonné d'avoir utilisé un faux billet de vingt dollars pour s'acheter un paquet de cigarettes. En pleine rue, et devant des passants effarés, Derek Chauvin était resté agenouillé pendant près de neuf minutes sur le cou du quadragénaire noir, menotté et plaqué au sol, bien que celui-ci ait lancé à vingt reprises : "I can't breathe" ("Je ne peux pas respirer").

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Ce furent ses derniers mots et ils sont devenus le cri de ralliement de millions de manifestants qui, alertés par une vidéo du drame, sont descendus dans les rues, de Miami à Los Angeles, mais aussi Londres, Paris ou Sydney pour réclamer justice. La mobilisation, qui a ouvert un débat de fond aux États-Unis sur les méthodes de la police et le passé raciste du pays, s'est...


Lire la suite sur Europe1