Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,98 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0845
    +0,0038 (+0,35 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    -4,10 (-0,20 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 874,29
    +701,41 (+1,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    -0,16 (-0,20 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,87 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,04 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,62 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,04 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2660
    +0,0034 (+0,27 %)
     

Mort de 27 personnes dans la Manche : deux autres militaires inculpés

©Sameer Al-DOUMY / AFP

En 2021, 27 personnes exilées ont trouvé la mort dans le naufrage de leur bateau dans la Manche. Après la mise en examen de cinq militaires pour non-assistance à personne en danger la semaine dernière, deux nouveaux ont été inculpés ce jeudi 1er juin en France.

Le canot avait coulé au petit matin du 24 novembre 2021, emportant 27 passagers, majoritairement des Kurdes irakiens, âgés de sept à 46 ans. Deux autres militaires ont été inculpés jeudi 1er juin 2023 en France, a appris l'AFP de sources proches de l'enquête et judiciaire. À l’heure actuelle, sept militaires au total sont inculpés dans le cadre de ce dossier instruit par la Juridiction nationale de lutte contre la criminalité organisée (Junalco) du tribunal judiciaire de Paris.

Les autorités françaises sont soupçonnées d'avoir été appelées à l'aide à une quinzaine de reprises et de ne pas avoir porté secours aux migrants la nuit du naufrage. Selon la source proche de l'enquête, les deux militaires inculpés jeudi étaient à bord du patrouilleur de la marine française le « Flamant ». Ce bâtiment naviguait à « proximité relative » du canot où se trouvaient les migrants, a précisé la source judiciaire. Dans cette affaire, dix passeurs présumés, majoritairement afghans, ont aussi déjà été mis en examen.

Lire aussi >> Réfugiés : Amnesty International dénonce une France « loin d'être exemplaire »

« S'il vous plaît, pouvez-vous venir vite ? »

Personne n’était venu en aide aux migrants. Ni côté français, ni côté britannique, chacun ayant passé la nuit à se renvoyer la balle, selon des documents de l'enquête consultés par l'AFP et révélés par le quotidien « Le Monde » en novembre.

Dans une...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi