Publicité
La bourse ferme dans 6 h 35 min
  • CAC 40

    7 649,63
    -57,26 (-0,74 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 922,91
    -28,07 (-0,57 %)
     
  • Dow Jones

    39 411,21
    +260,91 (+0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,0737
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • Gold future

    2 340,30
    -4,10 (-0,17 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 627,22
    -1 896,95 (-3,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 260,11
    +10,99 (+0,88 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,54
    -0,09 (-0,11 %)
     
  • DAX

    18 114,62
    -210,96 (-1,15 %)
     
  • FTSE 100

    8 275,82
    -5,73 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    17 496,82
    -192,54 (-1,09 %)
     
  • S&P 500

    5 447,87
    -16,75 (-0,31 %)
     
  • Nikkei 225

    39 173,15
    +368,50 (+0,95 %)
     
  • HANG SENG

    18 072,90
    +45,19 (+0,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2701
    +0,0013 (+0,11 %)
     

Morbihan: enquête ouverte après un concert empêché par des intégristes dans une église de Carnac

Morbihan: enquête ouverte après un concert empêché par des intégristes dans une église de Carnac

Une enquête est ouverte notamment pour violence volontaire et entrave à la liberté d'expression, après qu'un concert n'a pu se tenir samedi dans une église de Carnac (Morbihan) à la suite d'une manifestation de catholiques intégristes, a indiqué le parquet de Lorient ce mardi.

"Une enquête confiée à la gendarmerie est effectivement en cours, en l'état des chefs d'entrave à la liberté d'expression, de manifestation sur la voie publique non déclarée et de violence volontaire sans incapacité sur une personne dépositaire de l'autorité publique, lors d'une manifestation sur la voie publique", a détaillé le procureur de la République de Lorient Stéphane Kellenberger.

Le maire de Carnac avait annoncé lundi avoir porté plainte après que plusieurs dizaines de manifestants proches de Civitas, opposés à un concert de l'organiste américaine Kali Malone, avaient empêché la tenue de l'événement.

Concert approuvé par l'évêché

Le concert devait se dérouler dans l'église Saint-Cornély, à Carnac, une commune touristique du littoral breton, qui compte plus de 4000 habitants.

PUBLICITÉ

Samedi soir, "une quarantaine de jeunes gens à la nuque bien dégagée ont entravé par la violence, une de mes adjointes a été giflée sous les cris de 'arrière Satan!'," a écrit Olivier Lepick, maire de Carnac.

Le maire a alors pris la décision d'annuler le concert prévu qui devait attirer environ 200 spectateurs. "Je ne pouvais pas tolérer que la violence des manifestants ne s'abatte sur un public venu pacifiquement assister à un concert ou que notre église subisse des dégâts si d'aventure il avait fallu évacuer de force les illuminés", ajoute-t-il sur sa page Facebook.

L'édile souligne que le concert, organisé sous l'égide du ministère de la Culture et du conseil départemental, avait été approuvé par l'évêché et le comité paroissial.

Dans un communiqué, le syndicat de Bretagne des artistes musiciens CGT a condamné une extrême droite qui "prétend désormais dicter sa programmation aux organisateurs de spectacle".

"Si les membres de Civitas ou d'un groupuscule du même genre tentent à nouveau d'empêcher la tenue d'un spectacle en Bretagne, ils devront s'attendre à trouver des militants de la CGT en face d'eux", a réagi le syndicat.

Tensions autour d'un titre

Le diocèse de Vannes a également dénoncé les événements de samedi, soulignant que "l'Église ne pouvait pas être le lieu d'une quelconque violence".

"La commission de discernement de la paroisse n'a jamais repéré dans le programme d'oeuvre contraire au message de l'Évangile qui aurait pu porter atteinte à la dimension sacrée du lieu", indique le diocèse sur son site internet.

"Le titre 'sacer profanare', qui semble avoir mis le feu aux poudres, n'a jamais figuré sur le programme présenté pour ce concert", ajoute le diocèse.

Sur Twitter, Civitas a évoqué un "concert profanatoire" et a tweeté en latin "Christus Vincit!" (le christ vainc).

Dans une lettre envoyée début mai à l'évêque de Vannes et publiée sur Internet, Civitas estimait que "nos églises ne sont pas des salles de concert à la merci des caprices et désirs d'artiste tendance et tendancieux !".

Article original publié sur BFMTV.com