Marchés français ouverture 8 h 19 min
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    29 642,69
    +21,70 (+0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,1972
    -0,0011 (-0,10 %)
     
  • HANG SENG

    28 793,14
    -107,69 (-0,37 %)
     
  • BTC-EUR

    53 056,25
    +116,85 (+0,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 397,85
    +16,90 (+1,22 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     

Le moral des ménages français fléchit encore légèrement en février

·1 min de lecture
Le centre commercial du Forum des Halles, à Paris, en janvier 2020. Le moral des ménages en France a de nouveau légèrement baissé en février

Le moral des ménages en France a de nouveau légèrement baissé en février, après son net repli de janvier, la part de ceux qui veulent épargner, tout comme leur capacité d'épargne, atteignant des niveaux historiques, selon des données publiées jeudi par l'Insee.

Dans un contexte de persistance de l'épidémie, l'indicateur qui reflète la confiance des ménages dans la situation économique perd un point en février, à 91 points, contre 92 en janvier et 95 en décembre, restant ainsi en dessous de sa moyenne de longue période qui est de 100.

Le solde d'opinion des ménages estimant qu'il est opportun d'épargner, signe d'une inquiétude dans l'avenir, "reste à son plus haut niveau historique", tandis que les soldes d'opinion des ménages sur leur capacité d'épargne actuelle et future atteignent aussi un niveau record, souligne l'Insee.

Les restrictions d'activités depuis le début de l'épidémie (loisirs, restauration, etc.) et les mesures de soutien au pouvoir d'achat, notamment le chômage partiel, ont en effet conduit les ménages à épargner massivement.

En parallèle, en février, la part des ménages estimant qu'il est opportun de faire des achats importants reste stable, sous sa moyenne de longue période.

Le solde d'opinion des ménages sur leur situation financière future reste aussi stable, également sous sa moyenne de longue période.

En revanche, la part des ménages qui estiment que le niveau de vie va s'améliorer en France durant les douze prochains mois a de nouveau reculé. Et les craintes concernant l'augmentation du chômage ont continué d'augmenter en février.

mhc/mch/shu