Marchés français ouverture 19 min
  • Dow Jones

    31 402,01
    -559,85 (-1,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 119,43
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • EUR/USD

    1,2137
    -0,0049 (-0,40 %)
     
  • HANG SENG

    29 078,84
    -995,33 (-3,31 %)
     
  • BTC-EUR

    36 976,96
    -4 883,37 (-11,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    893,45
    -39,69 (-4,25 %)
     
  • S&P 500

    3 829,34
    -96,09 (-2,45 %)
     

Montagne : comment les petites stations prennent leur revanche sur les "usines à neige"

·2 min de lecture

Raquettes, randonnée, VTT… Les petites stations prennent leur revanche sur les usines à neige.

Tony Parker n'est pas skieur. Mais sa femme adore le ski. Ses enfants aussi. « Et moi, j'aime l'ambiance de la montagne, les grandes marches, respirer l'air frais, se retrouver près de la cheminée autour d'une fondue ou d'une raclette », a raconté la star du basket, quatre fois champion NBA. Une façon d'expliquer les raisons de l'achat de Villard-de-Lans, dans l'Isère, en 2019, pour en faire une station tournée vers la nature. Un concept qui colle avec ce charmant village ayant conservé son authenticité. Et qui colle avec les aspirations des Français. En témoigne le baromètre Ifop pour Atout France de novembre : les activités de plein air en milieu naturel décrochent la première place, avec 49 % des souhaits, en hausse de huit points. Et le dernier slogan de l'agence de développement touristique surfe dessus : « La montagne, tout naturellement ! » Avec le Covid, les stations-villages du Sancy (Chastreix), dans le Puy-de-Dôme, ou du Jura (Chapelle-des-Bois), comme les petites stations préservées des Alpes, telles Bonneval-sur-Arc ou Arêches-Beau-fort, bijoux d'architecture en milieu naturel, ont pris leur revanche sur les usines à neige.

La nature, un bon filon ? Emmanuelle George, qui dirige l'unité Développement des territoires montagnards à l'Inrae (Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement) de Grenoble, en convient : « L'aspiration vers des activités en pleine nature comme le VTT, les raquettes, la randonnée, fait partie des axes de diversification des stations de ski depuis déjà une décennie. » Amaury de Lacoste, le directeur des opérations de La Belle Montagne, petit groupe né à La Bresse, dans les Vosges, et qui réunit une dizaine de stations à taille humaine comme Manigod ou Val d'Arly, raconte : « Nous développons des “spots” d'observation de beaux panoramas, des itinéraires de “slow” ski… »

De son côté, le géant du ski Rossignol a développé une licence Out-door Experiences : « On accompagne les offices de tourisme [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi