Marchés français ouverture 2 h 18 min

La Monnaie de Paris nous a ouvert les portes du Fort Knox français

Boris Cassel (@BorisCassel)

Si l’institution, créée en l’an 864, est installée à Paris, elle fait frapper euros et devises étrangères dans son usine ultrasecrète de Pessac, en Gironde. Site où nous avons pu, chose exceptionnelle, entrer.


Une vaste grille en fer devant un bâtiment en béton armé, le tout surveillé par des caméras et des agents de sécurité. A Pessac (Gironde), il flotte comme un air de Fort Knox, le camp militaire où les Etats-Unis entreposent leur réserve d’or ! Bienvenue dans l’antenne bordelaise de la Monnaie de Paris, la seule usine autorisée, en France, à produire des pièces de monnaie. Tous vos euros portants le sigle RF ont été frappés ici.

Pour pénétrer sur ce gigantesque site industriel de 93 000 m2 les visiteurs doivent montrer patte blanche et… poches vides. « Introduction de pièces de monnaie interdite », indiquent des affiches. A l’intérieur, dans la zone rouge, 180 cadres et ouvriers s’affairent. « Nous produisons 6 à 10 millions de pièces par jour, des euros, mais aussi des monnaies étrangères », explique Jacky Frehel, directeur industriel des monnaies courantes.

« On avait le mal de mer »

Première étape : la matière première. Une pièce, ce n’est pas de l’argent mais de l’acier ou d’autres alliages, notamment à base de laiton. Et ces métaux débarquent enroulés, en bobines de trois tonnes.


-

Ces énormes bobines de métal sont la matière première de la monnaie. LP/Philippe de Poulpiquet

Des ouvriers les découpent en rondelles de métal appelées « flans ». Enfin, en temps normal. Car, « aujourd’hui, la machine est en panne », explique une porte-parole. Un peu plus loin, la seconde machine de cette chaîne, qui boudine les bords des flans est, elle aussi, ce jour-là, en rade. La poisse ! « Voilà ce qui se passe quand on ne recrute pas assez d’agents de maintenance ! », grommelle un ouvrier.


-

Le bruit des pièces produites résonne dans l’usine de la Monnaie de Paris. LP/Philippe de Poulpiquet

Au loin, un bruit clair de chutes de pièce nous rassure : le reste de l’usine (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Dix millions de bouteilles de rosé espagnol maquillées en vin français
Rosé : l’arnaque du siècle
Comment la douane française se prépare à un «Brexit dur»
Alan piste sur Internet les médecins les moins chers
La face cachée de la Monnaie de Paris