La bourse est fermée

La mondialisation, ça marche ! (encore un peu)

latribune.fr

Le Fonds monétaire international vient de relever ses prévisions économiques de 0,1 point pour 2017 et 2018, soit une croissance estimée désormais à respectivement 3,6% et 3,7%. Cela pourrait sembler anecdotique mais ce n'est pas l'épaisseur d'un cheveu à l'échelle d'un PIB mondial estimé par la Banque Mondiale à 75,5 trillions (75.500 milliards de dollars) ou 115.000 milliards de dollars si on le calcule en parité de pouvoir d'achat. Le commerce mondial reprend des couleurs, après une décennie noire. Bref, la mondialisation, si décriée, cela marche quand même encore, un peu.

Si le FMI salue la reprise, qualifiée de remarquable et de généralisée, est-ce pour autant le signal de la sortie de crise ? Il ne faudrait pas triompher trop vite. D'abord parce que le bonheur n'est pas dans le PIB et que cet indicateur ne mesure qu'imparfaitement, on le sait, la perception réelle de la santé des économies.

La croissance revient partout, notamment dans les pays émergents, et même en Chine qui suscitait des inquiétudes. Mais, pour la zone euro, si la croissance devrait être de 2,1% cette année, elle retomberait selon le FMI à 1,9% l'an prochain. La reprise n'est donc pas encore consolidée. Et même si les marchés financiers caracolent sur des niveaux records, les fragilités et les incertitudes rendent le monde toujours aussi incertain et volatil.

Quelles sont ces fragilités ?

Ce qui frappe en lisant le dernier rapport du FMI, c'est la prudence de l'institution. Les signaux économiques restent brouillés. Si l'on regarde ce qu'il se passe en zone euro, on voit bien que les scénarios sont perturbés par le risque politique. Brexit, mais aussi « Catalexit », avec la crise entre l'Espagne et la Catalogne, qui interroge sur le devenir de la zone euro.

En Europe, comme aux Etats-Unis, les séquelles de la crise financière sont toujours là, le système bancaire reste fragile. La preuve que tout ne va pas si bien, les banques centrales des zones

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


Peut-on refaire de la politique budgétaire intelligente en France ?
Pays développés : une croissance portée par l'investissement
Commerce mondial : l'OMC relève ses prévisions de croissance pour 2017
Retour de la croissance : les secteurs qui boostent l'emploi
L'OCDE revoit ses prévisions de croissance à la hausse