La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 743,05
    +145,13 (+0,43 %)
     
  • Nasdaq

    11 049,56
    +91,01 (+0,83 %)
     
  • Nikkei 225

    27 574,43
    -111,97 (-0,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,0549
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • HANG SENG

    19 450,23
    +635,41 (+3,38 %)
     
  • BTC-EUR

    16 064,29
    +3,17 (+0,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    398,50
    +3,81 (+0,97 %)
     
  • S&P 500

    3 955,26
    +21,34 (+0,54 %)
     

Mondial 2022: Avec beIN Media Group, Doha muscle son soft power

AFP/Archives - BERTRAND GUAY

Le Qatar, qui donne le coup d'envoi de la Coupe du monde de football 2022 ce dimanche 22 novembre a créé un groupe de médias dans le sport et la production de contenus pour rayonner à l'international avec plus de 15 milliards de dollars de droits. Un outil d'influence, qui tente de devenir rentable.

L'endroit est protégé comme une base militaire par des dizaines de gardes en armes. Neuf studios de télévision très high-tech, une régie géante reliée à une quarantaine de cabines de commentateurs, le tout réparti sur plus de 10 kilomètres carrés en plein cœur de Doha, la capitale qatarienne. Bienvenue au quartier général de beIN Media Group, maison mère de beIN Sports.

En guidant la visite, Duncan Walkinshaw, directeur des programmes pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, et John Lennon, patron de la technologie, font bien comprendre la dimension emblématique du lieu, centre névralgique de la Coupe du monde de football. Ces deux Britanniques, anciens de Sky, sont au cœur du dispositif chargé de la retransmission de la compétition dans le monde entier.

L'événement doit servir de vitrine à l'émirat autant qu'à son network de chaînes de sport. "Nous sommes les plus gros investisseurs dans la diffusion de rencontres sportives avec plus de 15 milliards de dollars de droits", proclame Duncan Walkinshaw. Ses dizaines de chaînes sont diffusées en sept langues dans 43 pays, sur les cinq continents. De la Premier League anglaise de football au basket américain, le groupe qatarien s'est assuré quelques-unes des plus belles têtes d'affiche mondiales, en investissant des centaines de millions d'euros. "Jusqu'à présent, les dirigeants n'avaient pas grand-chose à faire de la rentabilité, commente un producteur français. Ils étaient dans une logique de rayonnement pour installer l'image du Qatar."

Bientôt des fonds saoudiens

Et cette année, beIN compte bien célébrer sa première décennie en fanfare. En France, l'un de ses premiers marchés, où il s'est lancé en juin 2012, le réseau a enfin stoppé l'hémorragie financière. Plus proche de lui, il est parvenu à régler un conflit larvé qui l'opposait à l'Arabie saoudite. A la fin de l'année 2021, Riyad a mis fin à beoutQ, la plus vaste opération de piratage de l'histoire de l'audiovisuel, démonstration de la tension extrême des rela[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi