La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,88 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0545
    +0,0017 (+0,16 %)
     
  • Gold future

    1 811,40
    +1,80 (+0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    16 238,18
    +34,46 (+0,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    +0,36 (+0,45 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,90 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,20 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,05 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0014 (+0,11 %)
     

Le monde paiera « le prix de la guerre » en 2023, prévient l’OCDE

L'OCDE a nettement dégradé sa prévision de croissance mondiale l'an prochain en raison notamment du conflit entre l'Ukraine et la Russie (image d'illustration).  - Credit:Adrien Vautier / Le Pictorium / MAXPPP / Le Pictorium/Maxppp
L'OCDE a nettement dégradé sa prévision de croissance mondiale l'an prochain en raison notamment du conflit entre l'Ukraine et la Russie (image d'illustration). - Credit:Adrien Vautier / Le Pictorium / MAXPPP / Le Pictorium/Maxppp

La guerre en Ukraine va continuer à coûter cher aux États du monde. L'OCDE a nettement dégradé sa prévision de croissance mondiale l'an prochain devant les effets plus durables qu'anticipé du conflit entre l'Ukraine et la Russie, l'Europe payant la plus grande facture.

« Les perspectives de croissance mondiale se sont assombries », a écrit l'Organisation de coopération et de développement économiques dans un rapport publié lundi 26 septembre et intitulé « Payer le prix de la guerre ». L'absence d'accalmie sur le terrain au huitième mois de l'invasion russe en Ukraine, symbolisée par la récente mobilisation de réservistes par Moscou, incite l'organisation internationale au pessimisme quant au futur proche de l'économie.

Après une année 2022 éprouvante pour les ménages et les entreprises surtout en raison de la flambée inflationniste qui en a résulté, « la croissance mondiale devrait continuer à s'affaiblir en 2023 », souligne l'institution basée à Paris. Celle-ci table sur une progression du PIB mondial de 2,2 %, contre 2,8 % anticipés lors de précédentes prévisions en juin, bien qu'elle ait maintenu sa prévision pour cette année à 3 % après l'avoir nettement réduite ces derniers mois.

À LIRE AUSSILe plan de l'Europe pour se passer du gaz russe

« Les pressions inflationnistes sont de plus en plus généralisées, la hausse des prix de l'énergie, des transports et d'autres coûts se répercutant sur les prix », souligne l'OCDE, qui a revu à la baisse ses prévisions 2 [...] Lire la suite