Marchés français ouverture 3 h 57 min
  • Dow Jones

    34 639,79
    +617,75 (+1,82 %)
     
  • Nasdaq

    15 381,32
    +127,27 (+0,83 %)
     
  • Nikkei 225

    27 810,49
    +57,12 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1297
    -0,0009 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    23 599,71
    -189,22 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    49 983,00
    -220,97 (-0,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 434,12
    -4,77 (-0,33 %)
     
  • S&P 500

    4 577,10
    +64,06 (+1,42 %)
     

Monde d'après: à quand une justice écologique pour tous?

·2 min de lecture

EDITO- Alors que le monde d'après ressemble furieusement au monde d'avant, les dirigeants devraient moins de s'inquiéter de l'acceptabilité de la transition écologique, pour déployer une véritable justice écologique pour tous.

C’était il y a à peine plus d’un an et cela semble déjà si loin: nous applaudissions les soignants à vingt heures précises, nous faisions des "apérozoom" et les médias bruissaient de débats autour du "monde d’après"… Qu’est-ce qui a fondamentalement changé? Sans doute sommes-nous préparés à la prochaine pandémie, avec masques et flacons de gel à tous les étages. Sans doute le rôle de l’Etat a-t-il été réaffirmé, en tant que protecteur en dernier ressort.

Pour le reste, les preuves de rétablissement appartiennent toutes au monde d’avant: croissance, reprise du trafic aérien, délocalisations, retour au présentiel. Et le gouvernement continue à "oublier" de publier le rapport annuel sur les nouveaux indicateurs de richesse, alors que la loi de 2015 lui en fait obligation. Il y est pourtant question de taux d’emploi, d’empreinte carbone, de bien-être, d’espérance de vie, indices autrement éloquents qu’un PIB fourre-tout qu’on continue de considérer comme l’alpha et l’oméga des politiques publiques. L’économiste Kenneth Boulding affirmait que "celui qui croit que la croissance peut être infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste". Il faudrait rajouter: ou encore un homme politique?

Dépasser le sujet de l'acceptabilité

Dans cette campagne électorale, il ne semble pas qu’on puisse compter sur une élévation spontanée du débat suite au , sur une prise de conscience écologique de notre fragilité et de nos vulnérabilités. Au contraire, on assiste à une fronde contre le déploiement de l’énergie éolienne, et les prix du gaz et de l’électricité sont gérés dans l’urgence, à coup de chèques pour les plus démunis. Comme si nous pouvions continuer comme avant, comme si rien n’était possible, faute "d’acceptabilité". Comme toute transition véritable souffrirait d’un déficit de cette fameuse "acceptabilité", depuis 2015. Fin 2022, si l’Etat n’a pas retrouvé la trajectoire carbone qu’il s’est lui-même fixé, les juges se réservent le droit de prononcer une astreinte [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles