La bourse ferme dans 4 h 33 min

« Dans le monde d’après, il va falloir comprendre l’importance de la recherche » (Philippe Berta)

latribune.fr
 

La hausse du nombre de signalements de rupture de stock de médicaments d'intérêt thérapeutique majeur est préoccupante et pose la question du rapatriement de la chaîne de production des médicaments en Europe...

« Nous avons en effet observé une délocalisation, mais qui n'est pas spécifique à la France, des grands comptes de l'industrie pharmaceutique, notamment une délocalisation des principes actifs pharmaceutiques essentiellement en Chine et la mise en place de production finalisée de médicaments en Inde. Or ont été mises au jour les conditions de production de ces médicaments dans les usines indiennes, ainsi que l'organisation de productions annexes de médicaments hors de tout contrôle qualité, qui sont déversés sur les réseaux et vendus sur internet. On observe des ruptures d'approvisionnements médicamenteux car les industries pharmaceutiques ont les mêmes fournisseurs en Chine et en Inde et pour peu qu'il y ait un problème technique ou qualitatif sur la chaîne, celle-ci est interrompue. Or la France est rarement prioritaire car pas considérée comme bon payeur... Suite à un rapport parlementaire du Sénat et à un rapport de l'Agence nationale de sécurité du médicament, je me suis emparé de cette question en demandant s'il n'était pas temps de réfléchir à une politique nationale ou européenne de relocalisation de la production de médicaments, car c'est un enjeu stratégique en termes de souveraineté nationale s'agissant de médicaments d'intérêt thérapeutique majeur. »

Quelle est la capacité de la France en matière de production de médicaments ?

« Une problématique est régulièrement soulevée au Conseil stratégique des industries de santé : nous n'avons pas en France les moyens de produire les thérapeutiques de demain, c'est-à-dire les anticorps, vaccins, thérapies géniques, thérapies cellulaires, CAR-Tcell (nouvelle forme d'immunothérapie,

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


Medesis Pharma a-t-elle trouvé une nouvelle piste pour traiter le Covid-19 ?
Coronavirus : Sanofi offre de l'anti-paludique Plaquenil pour soigner 300 000 malades, des essais prometteurs