Marchés français ouverture 23 min
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    28 257,25
    -76,27 (-0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,1403
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    24 021,03
    -197,00 (-0,81 %)
     
  • BTC-EUR

    36 893,46
    -956,25 (-2,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 008,85
    -16,88 (-1,65 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     

Le monde en 2022: l'argent coule à flots en Europe

·2 min de lecture

Tom Nuttall, journaliste au magazine The Economist, revient sur ce qui attend les pays européens sur le plan économique en 2022. Cette année, la Commission déboursera environ 55 milliards de subventions.

Tom Nuttall, The Wold Ahead 2022 -The Economist

A la crise financière de 2010-2012, l'Europe a répondu par d'innombrables faux-pas. L' s'était mise d'accord sur la nécessité d'une rigoureuse période d'austérité comme prix à payer en échange des mesures de sauvetage, et la Banque centrale européenne avait remonté ses taux au pire moment possible. D'où une récession à double creux, des coupes sévères dans les investissements et, dans certains pays, une flambée stratosphérique du chômage, notamment chez les jeunes.

Les gouvernements se bagarreront autour du PSC

Cette fois-ci, la réponse a été plus avisée. Dès l'apparition du , la BCE a lancé un nouveau cycle d'achat d'obligations et l'UE a suspendu le fonctionnement habituel de ses règles budgétaires, le fameux Pacte de stabilité et de croissance (PSC), en autorisant les gouvernements à dépenser librement pour financer le chômage partiel et les autres dispositifs de soutien.

L'année qui vient montrera dans quelle mesure les choses ont changé. Au premier semestre de 2022, les gouvernements de l'UE se bagarreront autour du PSC, la référence budgétaire de l'UE. Même avant le Covid-19 les contraintes du PSC, définies dans les années 1990, apparaissaient mal adaptées à un monde de taux d'intérêts faibles et de besoins pressants d'investissement. Une pléthore d'amendements avaient accouché d'une jungle juridique où seuls les experts pouvaient se retrouver. Aujourd'hui des pays comme l'Italie enregistrent un endettement proche de 160% du PIB. Les règles existantes, qui doivent être rétablies en 2023, obligeraient théoriquement la péninsule à dégager des excédents budgétaires primaires de 5 points de pourcentage par an - une forme d'austérité punitive qui défie le sens commun.

Lire aussi

Les procédures législatives ne s'activeront pas assez vite

Mais, entre les gouvernements, la réforme du SGP continue à susciter des désaccords. Pas question pour l'instant de réviser les traités européens afin d'amender les chiffres repères d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles