La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 143,00
    -58,14 (-0,81 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 272,19
    -43,71 (-1,01 %)
     
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,1416
    -0,0044 (-0,39 %)
     
  • Gold future

    1 817,30
    -4,10 (-0,23 %)
     
  • BTC-EUR

    37 668,19
    -860,72 (-2,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 037,76
    +12,03 (+1,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,27
    +2,15 (+2,62 %)
     
  • DAX

    15 883,24
    -148,36 (-0,93 %)
     
  • FTSE 100

    7 542,95
    -20,90 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    28 124,28
    -364,82 (-1,28 %)
     
  • HANG SENG

    24 383,32
    -46,48 (-0,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,3680
    -0,0030 (-0,22 %)
     

Plus de la moitié des PDG vont intensifier leurs investissements et leurs fusions et acquisitions en 2022, mais des difficultés subsistent

·9 min de lecture

- L'enquête d'EY auprès de plus de 2 000 PDG dans le monde révèle que la confiance est revenue, mais que les choix stratégiques détermineront les succès futurs

- 54 % des répondants prévoient d'accorder la priorité aux investissements dans les activités existantes

- 59 % poursuivront les transactions, même après une année record

- L'accent mis sur le développement durable plutôt que sur les bénéfices trimestriels crée des tensions avec les investisseurs

LONDRES, 13 janvier 2022 /PRNewswire/ -- Alors que le monde entre dans une nouvelle phase de la pandémie mondiale de COVID-19, la majorité des PDG sont prêts à accélérer les plans d'investissement ainsi que les fusions et acquisitions (F&A) dans leur quête de croissance. Ces résultats proviennent de la première enquête d'EY en 2022 sur les perspectives des PDG, qui a permis de recueillir les points de vue de plus de 2 000 PDG à travers le monde sur leurs perspectives, leurs défis et leurs opportunités.

Selon le sondage, plus de la moitié des répondants (54 %) accorderont la priorité aux investissements dans les activités existantes, à la transformation numérique et au développement durable. En outre, plus des trois quarts (79 %) des personnes interrogées ont modifié leur chaîne d'approvisionnement ou prévoient de le faire pour permettre de réduire les coûts et les risques afin de se préparer à de futures perturbations.

Après une année record marquée par des fusions et acquisitions d'une valeur de 5 milliards de dollars américains, les transactions demeureront un outil essentiel pour les PDG en 2022 et accompagneront d'autres secteurs d'investissement. Près des deux tiers (59 %) des répondants s'attendent à ce que leurs entreprises continuent à faire des acquisitions au cours des 12 prochains mois, par rapport à 48 % au début de 2021.

Cependant, les plans d'investissement des PDG pourraient être ébranlés par des risques externes à leurs activités. La majorité des PDG interrogés (87 %) s'inquiètent de la hausse des prix des intrants et considèrent que les tensions commerciales (18 %), l'impact du changement climatique (17 %) et la montée en puissance des challengers (13 %) constituent les menaces les plus sérieuses à la croissance future de leurs entreprises.

Andrea Guerzoni, vice-président mondial d'EY - Stratégie et transactions - a déclaré : « Les PDG sont prêts à agir lorsqu'il s'agit d'investissements. En même temps, l'impact de la fragilité de l'environnement mondial et l'augmentation du coût des activités, en raison de l'inflation et de la flambée des coûts de l'énergie, les inquiètent beaucoup.

« Les transactions resteront un levier essentiel dans la boîte à outils d'investissement des PDG. Après un nombre record de fusions et d'acquisitions, de nombreux PDG se concentreront sur l'intégration des actifs acquis au cours des 12 derniers mois, mais les intentions d'acquisition du PDG devraient garantir la poursuite de l'activité de transaction à des niveaux élevés en 2022. »

Quelles sont les perspectives pour les fusions et acquisitions en 2022 ?

Selon l'enquête, au cours des 12 prochains mois, la priorité des PDG portera sur les transactions qui amélioreront les capacités opérationnelles (26 %), ainsi que leur positionnement sur l'environnement, la société et la gouvernance (ESG) et leur empreinte en matière de développement durable (20 %).

Les États-Unis, le Royaume-Uni, la Chine, l'Inde et l'Allemagne sont les destinations les plus prisées par les PDG qui souhaitent faire une acquisition en 2022. En ce qui concerne les secteurs, la technologie, les soins de santé et la fabrication de pointe sont les trois secteurs les plus susceptibles d'acheter des actifs.

Invités à identifier les principales tendances du marché des fusions et acquisitions en 2022, les PDG qui ont répondu ont déclaré qu'ils s'attendaient à une augmentation des appels d'offres hostiles et concurrentiels (72 %), à ce que le capital-investissement soit un acquéreur majeur (70 %), à une augmentation des appels d'offres intersectoriels (68 %) et transfrontaliers (65 %) des transactions, ainsi qu'à un plus grand nombre de méga-transactions (56 %).

Selon l'enquête, les préoccupations en matière d'ESG et de développement durable sont de plus en plus importantes pour les négociateurs. Une majorité écrasante de 99 % des PDG interrogés ont déclaré qu'ils tiennent compte de ces problèmes dans leurs stratégies d'achat, tandis que 6 % des répondants ont dit qu'ils avaient abandonné des transactions l'an dernier, en raison de préoccupations liées aux facteurs ESG concernant la cible.

Guerzoni a expliqué : « Les PDG considèrent les fusions et acquisitions comme un accélérateur essentiel des stratégies de croissance à long terme. Comme les préoccupations en matière d'ESG et de développement durable prennent une importance cruciale, le marché en 2022 devrait également être alimenté par des fusions et acquisitions visant à aider les PDG à atteindre plus rapidement leurs objectifs de stratégie de durabilité. »

Le coût lié aux efforts déployés en faveur du développement durable crée des tensions entre les PDG et certains investisseurs

Signe supplémentaire que le virage vers la transformation durable des PDG devient un changement permanent dans le monde post-COP26, alors que la croissance des revenus demeure un moteur clé, plus des trois quarts des répondants (82 %) ont indiqué que les facteurs ESG étaient extrêmement importants ou importants, lorsqu'il s'agit de prendre des décisions stratégiques. De plus, 28 % des répondants peuvent clairement voir l'avantage concurrentiel de devenir un leader en matière de développement durable.

En même temps, cependant, 65 % des répondants admettent qu'ils ont rencontré de la résistance de la part des investisseurs et des actionnaires quant à leur stratégie de transition vers le développement durable. Près d'un quart (21 %) estime que les investisseurs ne soutiennent pas leurs plans d'investissement à long terme ou qu'ils sont obsédés par les bénéfices trimestriels.

Selon Guerzoni : « Les PDG sont prêts à engager leurs entreprises sur une voie qui devrait procurer des avantages durables aux actionnaires et à la société. Ce qui ressort, c'est le besoin d'harmonisation entre la pensée des PDG et celle des investisseurs, lorsqu'il s'agit de donner la priorité au développement durable. La résistance des investisseurs et des actionnaires en raison des coûts élevés et des doutes sur les rendements à long terme peut faire dérailler les plans du PDG et placer leurs organisations du mauvais côté de l'histoire. »

Pour lire le rapport complet, consultez : ey.com/ceosurvey

Notes aux rédacteurs

À propos d'EY

La raison d'être d'EY est de construire un monde du travail meilleur, en aidant à créer de la valeur à long terme pour les clients, les personnes et la société et à renforcer la confiance dans les marchés financiers.

Grâce aux données et à la technologie, les diverses équipes d'EY dans plus de 150 pays apportent la confiance par l'assurance et aident les clients à se développer, à se transformer et à fonctionner.

Travaillant dans les domaines de l'assurance, du conseil, du droit, de la stratégie, de la fiscalité et des transactions, les équipes d'EY posent de meilleures questions pour trouver de nouvelles réponses aux problèmes complexes auxquels notre monde est confronté aujourd'hui.

EY désigne l'organisation internationale et peut faire référence à une ou plusieurs des sociétés membres d'Ernst & Young Global Limited, chacune d'entre elles étant une entité juridique distincte. Ernst & Young Global Limited, une société britannique à responsabilité limitée par garantie, ne fournit pas de services aux clients. Des informations sur la manière dont EY collecte et utilise les données personnelles et une description des droits dont disposent les individus en vertu de la législation sur la protection des données sont disponibles sur ey.com/privacy. Les cabinets membres d'EY ne pratiquent pas le droit là où les lois locales l'interdisent. Pour plus d'informations sur notre organisation, veuillez consulter le site ey.com.

Ce communiqué de presse a été publié par EYGM Limited, un membre de l'organisation internationale EY qui elle aussi ne fournit pas de services aux clients.

À propos de l'enquête 2022 d'EY sur les perspectives des PDG

L'enquête 2022 d'EY sur les perspectives des PDG est la référence en matière des sentiments des PDG sur les défis mondiaux, la stratégie de croissance et de développement durable, l'optimisation du portefeuille et les fusions et acquisitions. Elle vise à fournir des informations précieuses sur les principales tendances et évolutions affectant les principales entreprises mondiales ainsi que sur les attentes des chefs d'entreprise en matière de croissance future et de création de valeur à long terme. Il s'agit d'une enquête auprès des cadres dirigeants de grandes entreprises du monde entier menée régulièrement par Thought Leadership Consulting, une société d'Euromoney Institutional Investor. Le panel comprend des clients d'EY sélectionnés à travers le monde et des contacts et des collaborateurs réguliers de Thought Leadership Consulting.

Entre novembre et décembre 2021, Thought Leadership Consulting a sondé au nom de l'organisation mondiale EY un panel de plus de 2 000 PDG dans 53 pays et dans 14 secteurs. Les personnes interrogées représentaient les secteurs suivants : services financiers, télécommunications, produits de consommation et commerce de détail, technologie, médias et divertissement, sciences de la vie, hôpitaux et prestataires de soins de santé, automobile et transport, pétrole et gaz, électricité et services publics, mines et métaux, fabrication de pointe, immobilier, hôtellerie et construction.

Le chiffre d'affaires annuel des entreprises sondées se répartit comme suit : moins de 500 millions de dollars US (20 %), de 500 millions de dollars US à 999,9 millions de dollars US (22 %), de 1 milliard de dollars US à 4,9 milliards de dollars US (31 %) et plus de 5 milliards de dollars US (28 %).

Les effectifs totaux de ces organisations représentent : moins de 999 employés (9 %), de 1 000 à 4 999 employés (39 %), de 5 000 à 9999 employés (15 %), plus de 10 000 employés (37 %).

La série CEO Imperative fournit des réponses et des actions essentielles pour aider les PDG à redéfinir l'avenir de leur organisation. Pour en savoir plus sur cette série, visitez ey.com/en_gl/ceo

Contact :

Konstantinos Makrygiannis
Relations Presse Monde d'EY
+44 77 6893 0056
kmakrygiannis@uk.ey.com

Chloe Walford-Smith
Relations Presse Monde d'EY
+44 78 5989 0337

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles