La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 021,45
    +433,79 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    13 124,99
    +93,31 (+0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    27 448,01
    -699,50 (-2,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    27 718,67
    -512,37 (-1,81 %)
     
  • BTC-EUR

    40 960,11
    -4 519,82 (-9,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 338,41
    -49,49 (-3,57 %)
     
  • S&P 500

    4 112,50
    +49,46 (+1,22 %)
     

Avec moins de parfums, la chimie française a senti passer la crise en 2020

·2 min de lecture

Très dépendante de celle des cosmétiques, l'industrie chimique française a été frappée de plein fouet par la pandémie. La filière espère un rebond en 2021.

En 2020, le monde s'est lavé les mains pour chasser le virus, mais a négligé de se parfumer: l'industrie chimique française, très dépendante de celle des cosmétiques, espère se rattraper en 2021 après une chute de 8% de son activité l'an passé, en misant aussi sur le recyclage.

Avec la pandémie, le secteur savons et détergents des industriels de la chimie a vu son volume d'activité progresser de 6%, mais celui des parfums et cosmétiques a chuté de 18,6%.

Cela représente une baisse moyenne de 15,8% de la production dans l'ensemble de la branche, qui tirait jusqu'à présent la chimie française avec un tiers de l'activité en moyenne, a indiqué jeudi Luc Benoit-Cattin, président de la Fédération nationale de l'industrie chimique France Chimie.

"Tous les réseaux de distribution se sont arrêtés, les duty free, les coiffeurs, le tourisme, ce qui explique la situation" de cette branche, a rappelé M. Benoit-Cattin, également directeur général industrie du groupe Arkema, lors d'une visio-conférence de presse.

Du fait de la dépendance de la chimie française aux parfums et cosmétiques, elle sort plus marquée de la crise que l'ensemble du secteur en Europe: hors chimie fine pharmaceutique, son recul est évalué à 9% l'an passé, alors qu'il n'est que de 1,9% en moyenne dans l'Union européenne, et de 1,1% en Allemagne.

Par grands secteurs, seule la branche de chimie fine pharmaceutique a en effet bien résisté à la crise avec un volume d'activité en hausse de 0,1% en 2020 contre +11% en 2019.

"Les traitements liés au Covid ont compensé la baisse des traitements pathologiques non urgents", a commenté M. Benoit-Cattin.

Rebond attendu en 2021

L'activité des autres secteurs a reculé aussi, mais moins que celle des parfums: la chimie minérale a perdu 9,1% (après -6,6% en 2019), la chimie organique a baissé de 6,6% (après une hausse de 1,4% en 2019) et les spécialités chimiques ont perdu 3,4% après leur recul de 3,1% en 2019.

Pour 2021, "nous anticipons un rebond significatif des vo[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi