La bourse ferme dans 25 min
  • CAC 40

    6 659,35
    -1,24 (-0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 926,20
    +5,30 (+0,14 %)
     
  • Dow Jones

    33 831,61
    +233,69 (+0,70 %)
     
  • EUR/USD

    1,0546
    +0,0032 (+0,31 %)
     
  • Gold future

    1 802,60
    +4,60 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    16 045,12
    -46,45 (-0,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    398,18
    +3,49 (+0,88 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,12
    +0,11 (+0,15 %)
     
  • DAX

    14 282,08
    +20,89 (+0,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 477,45
    -11,74 (-0,16 %)
     
  • Nasdaq

    11 077,53
    +118,98 (+1,09 %)
     
  • S&P 500

    3 963,40
    +29,48 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    27 574,43
    -111,97 (-0,40 %)
     
  • HANG SENG

    19 450,23
    +635,41 (+3,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2217
    +0,0012 (+0,10 %)
     

Mohammed Ben Salmane, un prince tout puissant devenu incontournable pour son pétrole

K Raj/Hindustan Times/Rex/Shutterstock/Sipa

PORTRAIT - Plus incontournable que jamais avec la crise énergétique, le prince héritier, désormais Premier ministre d'Arabie saoudite, n'a aucune limite. Et si ce despote à la fois courtisé et craint tournait à la Saddam Hussein?

Il est devenu Premier ministre d'Arabie saoudite le 27 septembre, histoire d'acter pour de bon qu'il gouverne. La semaine suivante, il manœuvrait pour que l'Opep baisse sa production de pétrole, faisant le jeu de Moscou et déclenchant la colère froide du président américain Joe Biden. Mais le prince Mohammed ben Salmane (MBS) n'a peur de personne. Enfant, il était regardé de haut par ses demi-frères qui le traitaient de "fils de Bédouine" - sa mère, d'origine tribale, n'étant que la troisième épouse du roi Salmane. Adolescent, ses cousins le traitaient comme un larbin, le débarquant du yacht pour aller acheter les cigarettes. Aujourd'hui, il est tout-puissant, même si le roi Salmane, 86 ans, reste le chef de l'Etat.

MBS, qui a un demi-siècle de moins, a de nombreuses qualités pour être populaire. Son mépris des conventions, d'abord. Avec lui, les femmes peuvent apparaître en public et les Saoudiens ont d'autres distractions que la prière à la mosquée. Ils peuvent assister à un concert de Justin Bieber, à des courses de Formule 1, participer à des karaokés en ville. Riyad est d'ailleurs devenu très cool. "On y trouve plus de cocaïne, d'alcool et de putes qu'en Californie du Sud", avoue un expatrié. Le prince n'est pourtant pas plus disposé que les religieux wahhabites à laisser les gens penser par eux-mêmes. En 2018, peu après avoir abrogé l'interdiction de conduire pour les femmes, sa police a emprisonné Loujain al-Hathloul, une militante féministe. D'après sa famille, elle a été soumise au supplice du waterboard et aux chocs électriques, et l'un des plus proches conseillers de MBS, Saoud al-Qahtani, aurait menacé de la violer. La vraie bascule - qui a esquinté son image en Occident - a eu lieu à la fin de la même année, lorsque ses agents ont assassiné et dépecé à Istanbul un chroniqueur du Washington Post, Jamal Khashoggi.

Un Premier ministre à nouveau courtisé pour son pétrole

Mais aujourd'hui, le prince est à nouveau courtisé pour son pétrole. Il a été reçu à l'[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi