Marchés français ouverture 4 h 6 min
  • Dow Jones

    35 258,61
    -36,15 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 021,81
    +124,47 (+0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    29 213,04
    +187,58 (+0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,1643
    +0,0024 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    25 759,52
    +349,77 (+1,38 %)
     
  • BTC-EUR

    53 083,67
    -644,88 (-1,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 445,96
    -5,68 (-0,39 %)
     
  • S&P 500

    4 486,46
    +15,09 (+0,34 %)
     

Le Modem et LREM posent les bases d'une maison commune (sans dissiper le flou qui l'entoure)

·3 min de lecture
Jean Castex, François Bayrou, Stanislas Guérni et d'autres réunis à Guidel (photo partagée par le président des Jeunes avec Macron, Ambroise Méjean) (Photo: Capture Twitter/Ambroise Méjean)
Jean Castex, François Bayrou, Stanislas Guérni et d'autres réunis à Guidel (photo partagée par le président des Jeunes avec Macron, Ambroise Méjean) (Photo: Capture Twitter/Ambroise Méjean)

POLITIQUE - On ne sait pas vraiment à quoi cela va se ressembler, mais on sait que toutes les parties sont d’accord pour y réfléchir. Alors que se tenait ce week-end à Guidel dans le Morbihan l’université de rentrée du MoDem, François Bayrou en a profité pour faire avancer le fameux projet de “maison commune”, anti-chambre d’un parti centriste élargi censé porter la candidature d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle.

Pour faire avancer cette initiative nébuleuse, les huiles de La République en Marche étaient conviées, du président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand au délégué général de LREM Stanislas Guérini en passant par le Premier ministre en personne, Jean Castex. Et tous ont exprimé leur volonté de réfléchir à cette “coopérative” promue par le maire de Pau, lequel voudrait que ce mouvement central n’absorbe pas les “deux piliers de la majorité” que sont à ses yeux le MoDem et LREM.

Pour François Bayrou, il s’agirait de bâtir une coalition à laquelle “les Français puissent adhérer” sans forcément être membre de l’un des deux partis. Pas question pour autant de fusionner les deux maisons, et encore moins leurs deux groupes parlementaires. Car après la présidentielle, il y aura les élections législatives, et chacune des deux familles entend bien garder la main sur ses investitures.

Avec ou sans Édouard Philippe?

Mais du côté des convergences, les deux parties ambitionnent d’aboutir à cette “maison commune” avant la fin de l’année, sans que personne ne sache vraiment sur quoi cela pourrait déboucher. D’autant que Stanislas Guérini et François Bayrou n’ont pas l’air d’accord sur le périmètre de ce nouveau courant.

“Si on fait ça, il faut qu’Édouard Philippe soit sous la tente avec nous”, a déclaré au Parisien le patron de LREM, alors que son homologue du MoDem a fait savoir sur place qu’il refusait de “confondre la droite et le centre”. Ce qui ressemble fortement à l’installation d’un cordon sanitaire entre ce projet et ceux du maire du Havre, qui lancera son propre parti le 9 octobre.

De toute façon, les proches de l’ancien Premier ministre ne semblent pas très emballés par le projet. “La majorité est forte de sa diversité, il y a des lignes politiques différentes. Les grands partis, on a déjà vu ça avec l’UMP, ça n’a pas vraiment marché”, a expliqué à l’AFP la députée Agir Agnès Firmin Le Bodo.

Dans la semaine, un proche du chef de l’État ironisait auprès du HuffPost: ”Cette maison commune, c’est son grand truc à François Bayrou en ce moment, mais on ne sait pas à quoi ça va ressembler. Il ne veut pas perdre la main, c’est normal. Il y a un petit côté ‘Machiavel des sous-préfectures’. Mais si ça peut se transformer en machine pour porter la campagne, tant mieux”.

En attendant d’en savoir plus, la majorité s’est donné rendez-vous à Avignon les 3 et 4 octobre pour le campus LREM. D’ici là, des réflexions auront peut-être émergé pour donner vie à ce qui ressemble, pour le moment, à un serpent de mer.

À voir également sur Le HuffPost: Macron pas encore candidat, ces élus locaux lancent leur comité de soutien sans LREM

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles