La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 930,21
    +115,95 (+0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 128,13
    +129,62 (+1,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 633,46
    +391,25 (+1,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,2121
    +0,0038 (+0,32 %)
     
  • HANG SENG

    29 642,28
    +779,51 (+2,70 %)
     
  • BTC-EUR

    30 735,31
    +562,32 (+1,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    738,15
    +22,96 (+3,21 %)
     
  • S&P 500

    3 791,09
    +22,84 (+0,61 %)
     

Le modèle bancal de The Family

·2 min de lecture

L’incubateur mythique de start-up inquiète certains de ses actionnaires. Dans leur viseur, ses curieux montages capitalistiques.

Ça chauffe entre certains actionnaires de The Family et ses dirigeants. En septembre dernier, l’abandon des locaux parisiens de 1 000 mètres carrés au 25, rue du Petit-Musc à Paris (IVe) a soulevé le couvercle bien scellé de l’accélérateur iconique de la French Tech, lancé en 2013. Quatre actionnaires minoritaires s’inquiètent de la façon dont l’entreprise est gérée et ont fait cause commune en créant le site actionnaires-thefamily.com, pour récupérer les informations que la direction livre au compte-gouttes.

Inspiré par l’américain Techstars, dont le modèle est basé sur une prise de participation dans les start-up accompagnées, The Family avait de quoi faire saliver les entrepreneurs français. C’était un investissement de place, donnant à chacun l’impression de faire partie de l’écosystème avec un ticket d’entrée de 5 000 à 100 000 euros. A sa tête, trois figures : Alice Zagury, ex-animatrice du premier programme français accélérateur de start-up Le Camping ; Nicolas Colin, énarque et auteur d’un rapport sur la fiscalité du numérique ; et Oussama Ammar, gourou de la tech qui balance des conseils comme des punch lines de rap et mise sur le credo « fake it until you’ll make it » [Truquez jusqu’à ce que vous y arriviez].

Activités illisibles

L’activité repose d’abord sur deux pieds. D’une part, l’organisation d’événements et l’hébergement d’entreprises, qui se sont effondrées cette année avec la crise sanitaire. D’autre part, l’investissement dans des start-up via des Special Purpose Vehicule (SPV) soit des fonds communs de créances spécifiques et censés rapporter un pourcentage aux investisseurs quand les start-up sont revendues. Une bonne idée sur le papier. Mais, dans les faits, ces sociétés rendent l’activité de The Family incompréhensible pour le grand public. Et soulèvent la colère d’actionnaires minoritaires.

Pertes accumulées

Premier point noir, l’entreprise, montée sur trois levées de fonds de plus de 22 millions d’euros, n’a pas trouvé son modèle économiq[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi