Marchés français ouverture 4 h 47 min
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,29 (-1,62 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,87 (-1,80 %)
     
  • Nikkei 225

    26 538,64
    -615,19 (-2,27 %)
     
  • EUR/USD

    0,9652
    -0,0036 (-0,38 %)
     
  • HANG SENG

    17 959,24
    +25,97 (+0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    19 583,49
    -208,83 (-1,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    433,79
    -10,75 (-2,42 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     

Mobilité : « Proposer de l’hydrogène bas carbone, c’est tout l’enjeu de la filière »

Dans le contexte de réchauffement climatique anthropique, beaucoup présentent volontiers l’hydrogène comme le combustible de notre avenir. En effet, injecté dans une pile à combustible, il permet de produire une électricité propre. Comprenez, sans émission de gaz à effet de serre. Avec pour seuls « déchets » — des coproduits, presque —, de l’eau et de la chaleur. L’ennui, c’est que l’hydrogène utilisé ne se trouve pas à l’état pur dans la nature. Il faut le fabriquer.

Comment produit-on de l’hydrogène ?

« C’est tout l’enjeu de la filière mobilité hydrogène », nous confirme Camille-Léa Passerin, la directrice du développement de HYSETCO. Avec plus de 7 tonnes d’hydrogène distribuées chaque mois dans quatre stations de recharge installées en région parisienne, la start-up se pose comme l’un des leaders européens de la mobilité hydrogène. Mais sept tonnes produites, aujourd’hui encore, par vaporeformage. Comprenez, à partir d’un méthane (CH4) qui, au contact de la vapeur (H2O), se réarrange en hydrogène (H2)… et en dioxyde de carbone (CO2). Dommage pour le climat.

« L’hydrogène que nous vendons aujourd’hui dans nos stations est produit par Air Liquide qui s’applique à capter le CO2 émis lors du vaporeformage. On parle là d’hydrogène bleu », nous précise Camille-Léa Passerin. C’est déjà mieux. « Mais notre ambition est tout autre. Nous projetons, dans un avenir proche, d’alimenter nos stations avec de l’hydrogène a minima bas carbone et si possible, d’hydrogène vert ».

La nouvelle station hydrogène ouverte porte de Saint-Cloud est équipée d’un électrolyseur qui permet de produire sur place de l’hydrogène bas carbone. © HYSETCO
La nouvelle station hydrogène ouverte porte de Saint-Cloud est équipée d’un électrolyseur qui permet de produire sur place de l’hydrogène bas carbone. © HYSETCO

De l’hydrogène bas carbone à l’hydrogène vert

Quelle différence ? L’hydrogène bas carbone peut être produit par électrolyse. C’est-à-dire en décomposant de l’eau (H2O) grâce à de l’électricité nucléaire. Une électricité bas carbone. C’est d’ailleurs ce que HYSETCO a mis en place pour sa station ouverte récemment, porte de Saint-Cloud. Elle intègre...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura