La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 917,61
    -512,27 (-1,49 %)
     
  • Nasdaq

    11 231,67
    -229,83 (-2,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 820,40
    +42,50 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0496
    -0,0034 (-0,33 %)
     
  • HANG SENG

    19 518,29
    +842,94 (+4,51 %)
     
  • BTC-EUR

    16 217,03
    -187,20 (-1,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    402,28
    -8,94 (-2,17 %)
     
  • S&P 500

    3 995,11
    -76,59 (-1,88 %)
     

Mitsubishi, le troisième partenaire de l'Alliance que Renault ne contrôle pas

Image © Renault

De grandes négociations ont lieu entre Renault et Nissan pour rééquilibrer leur Alliance de plus de vingt ans. Dans ces discussions, Mitsubishi Motors (MMC), troisième partenaire, semble étrangement absent. Pourtant, au bord du gouffre il y a deux ans, MMC se redresse et revoit en forte hausse ses prévisions de bénéfices.

Alors que les grandes manoeuvres se font jour entre Renault et Nissan pour rééquilibrer leur Alliance, une question se pose: mais qui est donc le troisième et plus petit partenaire de l’Alliance fondée en 1999, qui ne fait jamais parler de lui? Mitsubishi Motors (MMC) a une particularité. Ce "petit" constructeur japonais ne dépend en aucun cas de… Renault. Si le français détient 43,4% de Nissan, MMC est détenu à 34% par Nissan! C’est Carlos Ghosn, alors double PDG de Renault et Nissan, qui avait réalisé cette opération en octobre 2016. En douce. Il avait mené une opération nippo-japonaise, qui avait l’avantage de ne pas impliquer l’omniprésent Etat français, actionnaire à 15% de Renault. Or, Carlos Ghosn venait de sortir de son fameux bras de fer l’année précédente avec Emmanuel Macron, ministre de l'Economie de François Hollande, sur les fameux votes doubles de l’Etat français, qui avait fait tanguer l’Alliance!

MMC revient de loin. Le constructeur était au bord du gouffre il y a deux ans encore. Or, il vient de réviser, le 2 novembre, ses prévisions de résultats à la hausse (de moitié) pour son bénéfice net de l’exercice en cours (1er avril 2022-31 mars 2023), à 140 milliards de yens (environ 1 milliard d'euros). Le constructeur afficherait du coup un profit en hausse de 90% par rapport à l’année précédente 2021-2022. Un sacré rebond. Le bénéfice opérationnel annuel est désormais prévu à 170 milliards de yens (1,2 milliard d'euros, +95% sur un an). MMC envisage du coup une marge honorable de 6,7% sur l’année (4,3% un an auparavant). Avec une augmentation d’un quart du chiffre d’affaires, même si les ventes en volumes devraient reculer légèrement à 908.000 unités (-3%).

Lancement de deux clones de Renault

Mitsubishi Motors prévoit toutefois une croissance de ses volumes sur la seule Asie du Sud-Est, son principal marché grâce notamment à ses pick-ups L 200, ainsi qu'au Japon où il est très fort grâce aux "midgets", des micro-voitures vendues seulement dans l’arch[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi