La bourse ferme dans 7 h 22 min
  • CAC 40

    6 772,51
    +32,78 (+0,49 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 119,59
    +30,01 (+0,73 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,06 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1280
    -0,0040 (-0,35 %)
     
  • Gold future

    1 800,30
    +12,20 (+0,68 %)
     
  • BTC-EUR

    50 834,21
    +2 260,25 (+4,65 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 430,52
    -24,89 (-1,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,25
    +3,10 (+4,55 %)
     
  • DAX

    15 303,15
    +46,11 (+0,30 %)
     
  • FTSE 100

    7 091,47
    +47,44 (+0,67 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,54 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,92
    -467,70 (-1,63 %)
     
  • HANG SENG

    23 852,24
    -228,28 (-0,95 %)
     
  • GBP/USD

    1,3347
    +0,0009 (+0,07 %)
     

La mission politique de l’ONU en Haïti renouvelée «in extremis»

·1 min de lecture

Son prolongement a été acté quelques heures seulement avant l’expiration de son mandat et après qu’un compromis a été trouvé parmi les membres du Conseil de sécurité. Car la Chine et le reste du Conseil ne s’entendaient pas sur la durée du renouvellement de la mission.

Avec notre correspondante à New York, Carrie Nooten

Finalement, les 15 membres du Conseil ont voté hier soir le renouvellement de la mission politique de l’ONU en Haïti (Binuh) pour neuf mois. C’est plus que les six mois qu’aurait voulu la Chine, mais c’est toujours moins que les douze mois qui étaient prévus et proposés par les États-Unis et le Mexique. De plus, une évaluation de cette mission, qui existe depuis octobre 2019, est prévue dans six mois, pour vérifier qu’elle correspond bien aux besoins de la population haïtienne.

C’est un compromis de dernière minute qui a permis à ce Conseil fragile de faire front unanimement - et à la Chine d’affirmer qu’elle était du « côté des Haïtiens », alors que ces derniers jours, le renouvellement de la mission de l’ONU en Haïti était menacée justement par un veto de Pékin.

Furieuse que Port-au-Prince reconnaisse Taïwan, elle fait tout à New York pour freiner aide et soutien selon les diplomates. « Ce n’est pas le moment pour le Conseil de s’éloigner d’Haïti », a déclaré l’ambassadrice américaine. « Les dirigeants doivent penser au bien du peuple et du pays avant tout », a ajouté l’ambassadeur chinois.

Par ailleurs, le Conseil demande un dialogue entre les différentes factions à Haïti pour sortir de la crise.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles